Top of the Lake (1/6)
Paradis vendus

2 min.
Disponible : 30/11/2017 au 12/12/2017
Prochaine diffusion : jeudi 30 novembre à 23h50
Dans une contrée du bout du monde à la beauté sauvage, une enquête criminelle à laquelle Jane Campion insuffle son sens du lyrisme et de l’étrangeté. Six épisodes envoûtants avec Elisabeth Moss ("Mad men"), Peter Mullan ("My name is Joe") et Holly Hunter ("Crash").
Paradis vendu (1)
Lake Top, dans le sud de la Nouvelle-Zélande. Revêtue de son uniforme d’écolière, une petite fille de 12 ans, Tui, pénètre dans le lac qui s’étend au pied de sa maison. Alors que l’eau glaciale a atteint ses épaules, la fillette est repérée et embarquée vers l’infirmerie de son collège, où on découvre qu’elle est enceinte. La police locale appelle à la rescousse une jeune détective de Sidney spécialisée dans la protection des mineurs, Robin Griffin, qui se trouve non loin de là, chez sa mère atteinte d’un cancer. À la question "Qui t’a fait ça ?", Tui ne lui laisse qu’une réponse griffonnée sur un papier : "Personne". Autorisée à rentrer chez son père, Matt Mitcham, un chef de clan hirsute et redoutable, elle disparaît le lendemain. Et Robin, bouleversée, décide de prendre l’enquête en main, ce qui va l’amener à se confronter à son propre passé marqué par la violence… Pendant ce temps, une communauté de femmes mûres en rupture de ban s’est installée au bord du lac, en pleine nature, sous l’autorité d’une étrange gourou aux cheveux longs, GJ. Dénommé Paradise, l’endroit, affirme Matt Mitcham, fou de rage, n’aurait jamais dû leur être vendu, car il lui appartient.
Lyrisme magique
Dans cette intrigue envoûtante et tordue, dont le suspense est d’emblée subverti par le lyrisme de Jane Campion, chaque fil ramène au lac immense qui en est le décor naturel. Tombeau liquide cachant dans ses profondeurs, selon une légende maorie, un cœur battant et maléfique, il est aussi le cœur du récit. Et ses eaux changeantes ne cessent de rappeler qu’au-delà du mystère de l’enquête c’est celui de notre présence au monde qui intéresse la cinéaste. Mais comme toujours chez elle, le mysticisme s’incarne dans des personnages intensément vivants, portés par des acteurs qui donnent le meilleur d’eux-mêmes. Aux côtés d’Elisabeth Moss, flic vaillante et fragile dont toutes les défenses volent une à une en éclats, Holly Hunter campe avec un irrésistible humour à froid la gourou d’une communauté des femmes "post-ménopause", et Peter Mullan un parrain à la fois terrifiant et piteux. Et chaque second rôle de cette tragi-comédie humaine, à commencer par celui de l’inspecteur Al Parker – dont le formalisme tiré à quatre épingles n’est pas sans évoquer l’agent spécial du FBI Dale Cooper dans "Twin Peaks"  – est aussi soigneusement composé. Comme cela a beaucoup été dit, "Top of the Lake" fait souvent songer à "Twin Peaks". Comme chez David Lynch, une enquête policière assez peu réaliste y est prétexte à explorer une petite communauté à la fois comique et inquiétante. Mais la première incursion de Jane Campion dans le genre de la série y amène un regard à nul autre pareil, parfois qualifié de féministe, qui s’épanouit en toute liberté au fil de ces six épisodes : un talent particulier pour faire surgir l’émotion, une drôlerie caustique qui s’arrête avant la parodie, une compassion vibrante pour des personnages qu’on ne peut plus lâcher. À suivre.

Générique

Image :

Adam Arkapaw

Montage :

Alexandre de Franceschi

Musique :

Mark Bradshaw

Production :

See-Saw Films

Producteur/-trice :

Philippa Campbell

Réalisation :

Jane Campion

Scénario :

Jane Campion
Gerard Lee

Acteur :

Elisabeth Moss
Jacqueline Joe
Peter Mullan
Darren Gilshenan
Holly Hunter
David Wenham
Robyn Nevin
Jay Ryan
Kip Chapman

Costumes :

Emily Seresin

Décors / Bauten :

Fiona Crombie

Chargé(e) de programme :

Marie-Catherine Marchetti

Son :

Richard Flynn

Pays :

Australie

Année :

2012