Paul Grüninger, le juste

extrait (1 min)
Disponible le 28/11
Disponible en direct : oui
Prochaine diffusion le mercredi 28 novembre à 13h35
Version française

Le destin exemplaire d'un Schindler helvète, dont le nom s'affiche désormais au Mémorial des Justes de Yad Vashem. Une fiction poignante.

En 1938, Paul Grüninger (1891-1972) est commandant de la police du canton de Saint-Gall. Cela fait déjà longtemps qu’il voit arriver dans sa région frontalière des juifs allemands et autrichiens qui fuient le nazisme. Mais lorsqu’en août 1942 les autorités helvètes ferment les frontières et interdisent l’entrée en Suisse aux réfugiés, il décide de contrevenir aux ordres. Des mois durant, il fournit aux exilés de faux papiers, notamment des attestations prétendant qu’ils se trouvaient en Suisse avant la date fatidique de la fermeture de la frontière. Il facilite aussi leur séjour dans un camp de transit, avant qu’ils puissent repartir pour des destinations plus sûres. En 1939, Paul Grüninger est révoqué sans préavis et sans aucun dédommagement financier. En 1940, il est condamné par le tribunal de Saint-Gall. Puni de bannissement, il vivra chichement d'emplois précaires jusqu’à la fin de sa vie.

Réhabilité vingt ans après sa mort
Il aura néanmoins la satisfaction d’apprendre un an avant sa mort, qu’il était désormais un Juste parmi les nations et que son nom allait figurer au Mémorial de Yad Vashem. Près de vingt ans plus tard, en 1993, des citoyens suisses ont enfin obtenu du canton de Saint-Gall qu’il prononce sa réhabilitation politique. L’année suivante, le Conseil fédéral lui rend son honneur par le biais d’une déclaration solennelle. En 1995, le même tribunal qui l'avait condamné accepte une procédure en révision qui conduit à son acquittement et à sa réhabilitation juridique. En 1998 enfin, le Grand Conseil du canton de Saint-Gall décide de verser à ses descendants des compensations matérielles. Les bénéficiaires ont donné la totalité de ces sommes à la Fondation qui porte son nom.


Image :

Matthias Fleischer

Montage :

Michael Schaerer
Bernhard Lehner

Musique :

Richard Dorfmeister
Michael Pogo Kreiner

Production :

Makido Film
C-Films
ARTE
SRF / SRG SSR
Mecom München

Producteur/-trice :

Anne Walser
Golli Marboe

Réalisation :

Alain Gsponer

Scénario :

Bernd Lange

Avec :

Stefan Kurt (Paul Grüninger)
Max Simonischek (Robert Frei)
Anatole Taubman (Sidney Dreifuss)
Robert Hunger-Bühler (Heinrich Rothmund)

Costumes :

Zizi Bohrer-Lehner
Uschi Heinzl

Décors de film :

Marion Schramm

Chargé(e) de programme :

Eric Morfaux
Sven Wälti
Maya Fahrni

Son :

Johannes Paiha

Pays :

Suisse
France
Allemagne

Année :

2014