Cités englouties
Thônis-Héracléion en Egypte

2 min.
Disponible : 26/12/2017 au 02/01/2018
Prochaine diffusion : mardi 26 décembre à 18h50
Version françaiseVersion originale
Dans la baie d’Aboukir, à quelques kilomètres des côtes actuelles, la cité de Thônis-Héracléion est sortie de l’oubli grâce à l'équipe franco-égyptienne de l'archéologue sous-marin français Frank Goddio. Elle renaît ici grâce à de fascinantes prises de vue sous-marines.
Dans la baie d’Aboukir, à 6,5 kilomètres des côtes actuelles, la cité de Thônis-Héracléion, jusqu'alors seulement connue par quelques mentions épigraphiques dans des textes grecs, est sortie de l’oubli grâce à l'équipe franco-égyptienne de l'archéologue sous-marin Franck Goddio. Dégagé du sable et de la vase à l’issue d’une myriade de plongées, l'imposant temple d’Amon Gereb s'est enfin révélé dans toute sa splendeur. Plus tard ont été mises au jour trois statues colossales, dont celle d’Hâpy, le dieu du Nil, ainsi qu’une stèle en granit noir de 16 tonnes et de 18 mètres carrés. Celle-ci portait un édit du pharaon Nectanebo Ier (378-362 avant J.-C.), qui imposait une taxe aux marchands grecs mouillant dans ce port alors grouillant d'activité, comme en témoignent les sept cents ancres et les seize épaves découvertes lors des fouilles. La florissante Thônis aurait été engloutie et rayée de la carte au VIIe siècle suite à un tremblement de terre et à un raz de marée. Elle renaît ici grâce à de fascinantes prises de vue sous-marines qui illustrent la quête inlassable du Français Franck Goddio.

Générique

Réalisation :

Jan Tenhaven

Pays :

Allemagne

Année :

2012