ARTE ReportageHaut-Karabakh : une paix fragile / Bangladesh

53 min
Disponible du 09/04/2021 au 09/05/2021
Version française
Découvrez l'offre VOD-DVD de la boutique ARTE

Haut-Karabakh : six mois après la fin des hostilités, quelles sont les conséquences du cessez-le-feu entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan ? / Bangladesh : dans ce pays de 160 millions d’habitants, musulman à 90 %, le blasphème est le principal cheval de bataille des islamistes.

HAUT-KARABAKH : UNE PAIX FRAGILE
Six mois après la fin des hostilités, quelles sont les conséquences du cessez-le-feu entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan ?
En Arménie, le séisme de la défaite fait encore trembler la société civile. Crise politique, afflux de familles déplacées, destruction des infrastructures, perte territoriale. Le bilan humain est très lourd pour ce petit pays de trois millions d’habitants : plus de dix mille blessés, près de quatre mille morts, mille six cents soldats encore portés disparus. Leurs corps sont restés sur les champs de bataille passés aujourd’hui sous contrôle azerbaidjanais. Des parents ont récupéré la dépouille de leurs enfants en territoire ennemi par leurs propres moyens.
En Azerbaïdjan, le pays s’est lancé dans une course à la reconstruction. Les territoires reconquis sont dévastés. Pendant trente ans, ils ont servi de zone tampon. Un territoire militaire, où les mines représentent un danger invisible et permanent.
Des deux côtés de la frontière, la défiance du voisin et les haines engendrées par des années de guerres meurtrières semblent miner l’avenir. Garants des accords de paix, les soldats russes déployés dans la région imposent leur mandat avec fermeté. Leur présence suffira-t-elle à établir une paix durable au Haut-Karabakh ?


BANGLADESH : LES JUSTICIERS DU PROPHÈTE
Dans ce pays de cent-soixante millions d’habitants, musulman à quatre-vingt dix pour cent, le blasphème est le principal cheval de bataille des islamistes. En octobre dernier, quatre-vingt mille personnes se sont rassemblées à Dacca, la capitale, pour protester contre les caricatures de Mahomet et brûler des photos d'Emmanuel Macron. Ces événements ne sont en fait que la partie visible de l’iceberg. Depuis quelques années, le pays connaît une vague d’assassinats commis par des justiciers autoproclamés du Prophète. Libres-penseurs, athées, laïcs, plus de quatre-vingt personnalités publiques accusées de blasphème ont été tuées à coup de hachoir.
Le parti au pouvoir essaye de maintenir un équilibre fragile entre les pressions des groupes fondamentalistes et ses idéaux politiques dont la laïcité, l’un des quatre piliers de la constitution du pays.


  • Pays :
    • France
  • Année :
    • 2021