ARTE ReportageMali : une armée dans le collimateur / RDC : femmes mineurs

À suivre

52 min
Disponible du 20/11/2020 au 20/12/2020
Version française
Découvrez l'offre VOD-DVD de la boutique ARTE

Dans la nuit du 18 au 19 août 2020, des jeunes colonels de l’armée malienne renversent l’impopulaire président Ibrahim Boubacar Keïta, sept ans après son arrivée au pouvoir / Des changements inattendus se produisent dans les provinces orientales de la République Démocratique du Congo : depuis 2006, les femmes de ces régions riches en minerais ont investi le secteur des mines artisanales.

MALI : UNE ARMÉE DANS LE COLLIMATEUR
Dans la nuit du 18 au 19 août 2020, de jeunes colonels de l’armée malienne renversent l’impopulaire président Ibrahim Boubacar Keïta, au pouvoir depuis sept ans. Ce coup d’État est acclamé par la population et redonne un peu d’espoir, dans un pays aux services publics défaillants, miné par les djihadistes et les violences intercommunautaires. Mais la victoire politique des militaires peine à dissimuler leur échec sur le terrain. Depuis plusieurs mois, l’armée est devenue la cible privilégiée des djihadistes. Derrière la déroute de l’armée malienne, le manque d’armes et de munitions, des détournements de soldes et de primes, des radiations abusives…Rencontre de veuves de militaires et de lanceurs d’alerte, qui racontent pourquoi la corruption des responsables fait le terreau du djihadisme.

RDC : FEMMES MINEURS, LA VOIE DE L’ÉMANCIPATION
En République Démocratique du Congo, dans les provinces orientales riches en minerais, les femmes ont investi le secteur des mines artisanales. Elles ont créé des associations professionnelles aujourd’hui regroupées dans le RENAFEM (Réseau national des femmes dans les mines). Grâce à lui, certaines femmes, comme Angélique Nyirasafari, ont acquis un niveau économique et social équivalent à celui de leurs homologues masculins. D’autres, comme l’activiste Émilienne Intongwa, n’hésitent plus à dénoncer les tentatives de discrimination envers les femmes. Au bas de l’échelle, les "mamas" twangaises comme Tullia Christine sont encore trop souvent vulnérables, exposées aux abus d’un secteur longtemps sans foi ni loi. Mais les conditions économiques, sociales et politiques sont désormais réunies pour que les choses changent.


  • Pays :
    • France
  • Année :
    • 2020