ARTE ReportageLithium, un enjeu européen / Du Mali à l'Italie

À suivre

52 min
Disponible du 06/11/2020 au 06/12/2020
Version française
Découvrez l'offre VOD-DVD de la boutique ARTE

Le lithium, cet "or blanc", est un métal de plus en plus convoité. L’Europe importe 86% de sa consommation alors que ses sous-sols en contiennent, et notamment au Portugal... / Ces six Maliens ont débarqué au péril de leur vie sur les côtes italiennes, ont été exploités par la mafia calabraise, mais sont aujourd'hui maraîchers à Rome.

PORTUGAL : LITHIUM, UN ENJEU EUROPÉEN
On l’appelle "l’or blanc". Le lithium est un métal de plus en plus utilisé, de plus en plus convoité. L’Europe importe quatre-vingt six pour cent de sa consommation (de Chine, du Chili, d’Australie), alors que ses sous-sols en contiennent. La demande et les besoins explosent.  Selon la Commission Européenne, l’Europe aura besoin de dix-huit fois plus de lithium d’ici à 2030, et presque soixante fois plus en 2050, essentiellement pour les batteries des voitures électriques et les batteries de stockage d’énergie. Pour Thierry Breton, commissaire européen en charge notamment de la politique industrielle, "l’Europe se met en position pour être quasiment autosuffisante en lithium pour nos batteries en 2025".  C’est au Portugal que se trouveraient les plus importants gisements en Europe. Plusieurs entreprises ont prospecté et compte bien exploiter les sous-sols de différentes zones du Nord du pays, mais les premières étapes de ce processus ont rencontré l’opposition des populations locales. Selon le maire de l’une des communes concernées, "la plus grande valeur que nous ayons aujourd'hui n'est pas le lithium, mais la biodiversité". La région de Montalegre et Boticas est classée "patrimoine agricole mondial" par la FAO. Le débat est complexe : pour devenir plus verte, l’Europe doit-elle exploiter ses ressources, en creusant une partie de son sous-sol ?

 

ITALIE : BARIKAMA, LE SALUT PAR LA TERRE
Ils s’appellent les Barikama, "Résilience" en Bambara, principale dialecte malien, leur pays d’origine. Il a fallu de la résilience à ces six hommes qui ont quitté leurs pays d’Afrique avec un rêve d’Europe chevillé au corps. Après avoir débarqué au péril de leur vie sur les côtes italiennes, ils ont vite réalisé qu’ils arrivaient sur le marché des illusions. Exploités et molestés par la 'Ndrangheta, la puissante mafia Calabraise sur leurs hectares de vergers, ils ont  alors tenté leur chance à Rome. Leurs yaourts, confectionnés comme dans leurs pays d’origine, leur ont porté chance. Lauréats d’un concours de jeunes entrepreneurs, ils ont obtenu des permis de séjour et de travail, et ont pu diversifier leur activité. Ils sont aujourd’hui maraîchers. Depuis le confinement et la livraison à domicile, ils sont retrouvé grâce aux yeux d'une population souvent opposée à l’immigration. Forts de leur succès et sans rancœur, les Barikama ont aujourd’hui une nouvelle ambition : retourner dans leur pays et y développer leur propre business laitier et agricole.


  • Pays :
    • France
  • Année :
    • 2020