ARTE ReportageIran : le réseau social en péril / Inde : Bhopal, 35 ans après

52 min
Disponible du 23/11/2019 au 29/12/2019
Version française
Découvrez l'offre VOD-DVD de la boutique ARTE

Suite aux émeutes du 20 novembre, le gouvernement des mollahs a supprimé pendant plusieurs jours l’accès à Internet / En décembre 1984, l'incident survenu dans l’usine de pesticides Union Carbide de Bhopal a causé entre 5 000 et 25 000 décès, tandis que 150 000 victimes souffrent de maladies chroniques. Trente-cinq ans plus tard, l’usine est toujours là, au milieu d’une zone densément peuplée.

IRAN : LE RÉSEAU SOCIAL EN PÉRIL
Menace sur le dernier espace d’expression pour les réseaux sociaux : Internet reste sous haut contrôle des mollahs. Dans un pays momentanément coupé du monde, la liberté d’expression de millions d’utilisateurs est en conflit avec les rigoureux préceptes islamiques qui régissent la vie du pays. En 2009, le boom de Twitter et de Facebook avait offert au monde entier la possibilité de suivre en direct la répression contre la réélection contestée de l’ex-président Ahmadinejad. Cette transparence tant redoutée par le régime explique le blocage momentané de l’internet suite aux récentes manifestations populaires.

Avant la répression des émeutes, l’une de nos équipes était partie à la rencontre des utilisateurs iraniens d’Instagram seul réseau social encore autorisé à l’époque. Influenceurs, artistes et citoyens se retrouvaient là, dans l’unique espace d’une expression hyper surveillée.

INDE : BHOPAL, TRENTE-CINQ ANS APRÈS
Dans la nuit du 2 au 3 décembre 1984, un incident survenu dans l’usine de pesticides Union Carbide de Bhopal provoque la fuite de plus de 40 tonnes de gaz toxiques. Selon les estimations, la catastrophe a causé entre 5 000 et 25 000 décès, tandis que 150 000 victimes souffrent de maladies chroniques. Trente-cinq ans plus tard, l’usine est toujours là, au milieu d’une zone densément peuplée. La contamination des nappes phréatiques se poursuit, empoisonnant les quelque 100 000 habitants qui vivent à proximité. Dans les quartiers pollués, de plus en plus d’enfants naissent avec un handicap physique ou mental. L’équipe d’ARTE Reportage s’est rendue sur place et a suivi le travail de deux ONG, Chingari et Sambhavna, qui, face à l’inaction des pouvoirs publics, fournissent des soins gratuits aux victimes.


  • Pays :
    • France
  • Année :
    • 2019