ARTE ReportageInde / Cap-Vert

53 min
Disponible du 20/07/2019 au 25/08/2019
Version française
Découvrez l'offre VOD-DVD de la boutique ARTE

Dans l’Etat indien du Meghalaya, la population a commencé il y a plus de 500 ans à construire des ponts avec les racines des arbres, indispensables pour franchir les rivières et relier les villages entre eux / Chaque jour, des femmes du Cap-Vert ratissent les plages pour récupérer et tamiser le sable, l’or noir de cet archipel volcanique.

INDE : LES PONTS VIVANTS DU MEGHALAYA
Comment se déplacer dans une jungle hostile et escarpée, engloutie par la pluie pendant la mousson ? Dans l’État indien du Meghalaya, dans le nord-est de l’Inde, la population a commencé il y a plus de cinq cents ans à construire des ponts avec les racines des arbres. Appelés les "ponts vivants" ou "ponts racines", ils sont indispensables pour franchir les rivières, relier les villages entre eux, permettre aux paysans de vendre leurs récoltes. Dans ce climat tropical, le métal rouille et le bois pourrit. Les racines, elles, se renforcent au fil des années. Cette technique est propre à la population Khasi, tribu dans laquelle ce sont les femmes qui héritent des biens et transmettent leur nom à leurs enfants.

CAP-VERT : LES FORÇATS DU SABLE
À sept cents kilomètres au large des côtes sénégalaises, l’île du Cap-Vert ne dispose d’aucune ressource naturelle. Une personne sur quatre vit avec moins de deux euros par jour. Exploiter le sable, l’or noir de cet archipel volcanique, reste le seul moyen de survivre, nourrir sa famille, étudier. Les voleuses de sable, souvent issues de familles monoparentales, vendent leur butin à des constructeurs peu scrupuleux qui fabriquent des parpaings. Aujourd’hui, le sable noir a disparu, seuls restent les galets. Les conséquences environnementales sont désastreuses : érosion accélérée de la côte, appauvrissement de la ressource halieutique et pollution par le sel des nappes phréatiques et des champs avoisinants. Cette exploitation sauvage est officiellement illégale depuis 2010. Mais, malgré la surveillance militaire et policière, les femmes continuent de courber l’échine sur les plages cap verdiennes.


  • Pays :
    • France
  • Année :
    • 2019