ARTE Reportage
Australie : accro au charbon / USA : les fantômes de la guerre de Sécession

52 min.
Disponible : 11/11/2017 au 18/11/2017
AUSTRALIE : ACCRO AU CHARBON Menace sur la Grande Barrière de Corail : un projet de construction de la plus grande mine de charbon du monde signerait un désastre écologique. ÉTATS-UNIS : LES FANTÔMES DE LA GUERRE DE SÉCESSION Un an après l’élection de Donald Trump, les blessures mal cicatrisées de l’histoire sont à vif et la fracture identitaire s'est aggravée.
AUSTRALIE : ACCRO AU CHARBON
Alors que se tient à Bonn la COP23 organisée par les îles Fidji, ARTE Reportage enquête en Australie, le plus gros émetteur de gaz à effet de serre de la région Pacifique.  D'un côté, le pays s’est clairement engagé dans la transition énergétique, avec une baisse du charbon dans la production électrique domestique au profit d'énergies renouvelables.De l'autre, l’Australie défend son rang de premier exportateur mondial de charbon, jusqu’à soutenir une multinationale indienne dans son projet d'ouverture d'une mine géante dans une zone inexploitée face à la Grande Barrière de Corail. Pour défendre ce joyau menacé par l’augmentation des températures, les groupes écologistes tentent de faire échouer le projet, tandis que  les habitants espèrent des retombées en terme d’emploi.
ETATS-UNIS : LES FANTÔMES DE LA GUERRE DE SÉCESSION
Un an après l’élection de Donald Trump, les blessures mal cicatrisées de l’Histoire sont à vif. Tout a basculé au mois d’août dernier à Charlottesville, en Virginie, avec le rassemblement de groupes d’extrême-droite. Parmi les contre-manifestants antiracistes, une jeune femme a été tuée par une voiture fonçant dans la foule. Depuis lors, les réactions aux extrêmes sont de plus en plus violentes. D’un côté, l’Amérique profonde, blanche, qui a porté Donald Trump à la présidence, affiche son soutien à la cause des Confédérés sur fond de slogans racistes. De l’autre, les Afro-Américains, qui se disent offensés par les vestiges du passé esclavagiste, militent pour leur suppression. Le discours ambivalent de Trump, renvoyant les deux camps dos à dos, a été perçu comme un encouragement tacite aux provocations. Une fracture identitaire, "raciale" et historique, que l’on pensait définitivement refermée, reprend aujourd’hui de la vigueur.
 

Générique

Pays :

France

Année :

2017