La bête du Gévaudan

Lecture automatique

À suivre

93 min
Prochaine diffusion le mardi 18 février à 13:35
Sous-titrage malentendant
Ce programme est disponible en vidéo à la demande ou DVD.
Lozère, 1767. Plusieurs femmes et enfants ont été retrouvés morts, dépecés par une bête mystérieuse... La bête du Gévaudan aura fait couler beaucoup de sang et d'encre. Adaptation réussie d'une histoire qui mêle suspense et surnaturel, où la réalité dépasse largement la fiction.

Lozère, 1767. Plusieurs femmes et enfants ont été retrouvés morts, dépecés par une bête mystérieuse. Lorsqu’il arrive au village de Saugues, le médecin Pierre Rampal découvre une population terrorisée. L’abbé et sa mère, une veuve autoritaire et bigote, encouragent les superstitions et accusent de sorcellerie le rebouteux Jean Chastel. Le louvetier du roi organise des battues, mais le massacre continue. Quelle est la nature de la bête du Gévaudan ? Un loup enragé, une hyène, un homme ? En marge des divers conflits d’intérêts qui agitent la région, Pierre Rampal tente de comprendre…

Le loup contre les Lumières
Aucune vérité définitive n’a encore été établie sur l’affaire de la bête du Gévaudan, qui a fait trembler la France de Louis XV. À partir de personnages ayant réellement existé et des diverses hypothèses émises, cette adaptation télévisuelle donne sa propre version des faits, légèrement romancée. Contrairement à ce que proposait Christophe Gans dans Le pacte des loups, le traitement de la légende est ici réaliste : pour combattre la bête, pas de kung-fu dans les airs mais des paysans armés de fourches. Les scénaristes ont créé un personnage de jeune médecin rationaliste qui mène l’enquête en luttant contre les croyances surnaturelles. Histoire policière, avec suspense classique sur fond de fantastique, La bête du Gévaudan dresse aussi le tableau historique d’une France corrompue : le pouvoir royal cherche à étouffer l’affaire, le clergé joue sur les superstitions du peuple pour préserver ses intérêts, la noblesse débauchée masque ses crimes derrière une respectabilité de façade. À croire que les Lumières n’avaient gagné ni la Lozère ni les lieux de pouvoir… Avec une pléiade d’excellents acteurs, à commencer par les Stévenin père et fils.


  • Réalisation :
    • Patrick Volson
  • Scénario :
    • Brigitte Peskine
    • Daniel Vigne
  • Production :
    • Le Sabre
    • RTBF
    • K2
    • ARTE F
  • Producteur/-trice :
    • Georges Campana
    • Alain Bordiec
  • Image :
    • Dominique Brabant
  • Montage :
    • Aurique Delannoy
  • Musique :
    • Angélique Nachon
    • Jean-Claude Nachon
  • Avec :
    • Sagamore Stévenin (Pierre Rampal)
    • Léa Bosco (Françounette)
    • Jean-François Stévenin (Jean Chastel)
    • Guillaume Gallienne (Abbé Pourcher)
    • Vincent Winterhalter (Comte de Morangies)
    • Louise Szpindel (Judith)
  • Costumes :
    • Fabio Peronne
  • Décors de film :
    • Régis Nicolino
  • Chargé(e) de programme :
    • Pierre Chevalier
  • Maquillage :
    • Alena Lojikova
    • Ivana Chlostova
    • Jiri Budin
  • Son :
    • Bernard Borel
  • Pays :
    • France
  • Année :
    • 2002