La sélection des libraires – Mars

Vos librairies et ARTE s’associent pour vous présenter chaque mois une sélection thématique d’ouvrages à dévorer entre vos émissions préférées.

PRINTEMPS DU POLAR

Du 12 au 26 mars, le Printemps du Polar sur ARTE vous permettra de vous plonger dans des classiques incontournables du genre. Si les périodes et latitudes diffèrent, toutes ces histoires ont pour point commun une victime et une intrigue nous menant au coupable : est-ce un membre de la mafia ? Un espion ? Un gangster ? Un trafiquant ?

Frissons garantis dans cette programmation qui fait froid dans le dos !

 

La SÉLECTION du mois

Librairie La Machine à Lire, Bordeau
Ce mois-ci, c’est la librairie La Machine à Lire à Bordeaux qui nous présente sa sélection de livres en lien avec le thème Printemps du polar. Retrouvez ici une partie de sa suggestion d’ouvrages ou rendez-vous directement dans l’une des quinze librairies partenaires d’ARTE.

Prendre les loups pour des chiens – Par Hervé Le Corre

Sortir de prison, c’est sûrement jamais évident. Mais retrouver son frère, son complice, celui qu’il n’a jamais dénoncé lorsque leur casse a mal tourné, est une forme d’espoir. Pourtant, le frère n’est pas là, sa compagne, véritable femme fatale, représente seule son retour à la liberté. Elle le conduit vers une maison isolée dans le sud de la Gironde, où ce jeune type sacrément paumé va découvrir son étrange belle famille. Vivant de menus trafics et du maquillage de voitures volées, le chef de famille conduit un drôle de clan, qui se nourrit essentiellement de bières dont les cadavres jonchent la table de la terrasse; rôdent aussi un enfant mutique et un chien diablement inquiétant. Dans ce huis clos poisseux, la tension est palpable.

Bondrée: roman noir – Par Andrée A. Michaud

Boundary, aux confins du Maine et du Québec, entouré de bois et où quelques rivières alimentent un lac, a été rebaptisé Bondrée par un trappeur mort depuis longtemps. Ce no man’s land frontalier vit son crépuscule en cet été 1967, sous les yeux d’Andrée Duchamp. La fillette de douze ans voudrait ressembler à Zaza, Sissy et Franchie, un peu plus âgées, jeunes et évaporées. Plus vraiment une enfant, pas encore adolescente et surtout un peu seule, Andrée observe la façon dont le ciel semble s’abattre sur Bondrée quand, un matin de juillet Zaza Mulligan est retrouvée morte, la jambe sectionnée par un piège à ours. On veut croire à un accident, lorsqu’une deuxième adolescente disparaît à son tour.

Pukhtu secundo – Par DOA

Suite attendue de Pukhtu primo, ce second tome de la série continue l’exploration minutieuse de la situation politico-militaire à la frontière de l’Afghanistan et du Pakistan, ainsi que ses résonances mondiales, à travers une série de personnages dont nous suivons avec plaisir les trajectoires parfois sinueuses et souvent clandestines. Comme dans le volume précédent, tous les moyens sont bons pour devenir quelqu’un d’autre, plus riche, plus puissant ou plus apaisé. Ici, la vengeance est toujours au cœur du sujet, levier de toutes possibilités romanesques, servies par un sens aigu de la documentation.
Les personnages sont aussi nuancés que les situations auxquelles ils sont confrontés, et dans ce roman monde, l’ambiguïté et la maîtrise de l’effet papillon transforme ce qu’on l’on pourrait prendre pour un « simple » roman d’espionnage en un tour de force remarquable.

Entre hommes – Par German Maggiori

Ce livre est violent, cru, au vocabulaire équivoque, direct. Il dresse un portrait de Buenos Aires d’une noirceur rare, dans la veine des grands polars de cette région du globe, laminée par l’économie sauvage et les années de junte militaire.
Dans un luxueux appartement de Buenos Aires, un sénateur, un juge et un banquier se retrouvent pour participer à une orgie en compagnie de deux travestis et d’une jeune prostituée. Mais l’affaire tourne mal : la jeune prostituée meurt d’une overdose. Or, toute la scène a été filmée par une caméra dissimulée derrière un faux miroir et la vidéo compromettante a disparu. Cette vidéo va devenir le centre de l’intrigue, flics et voyous vont se la disputer à tout prix, dans le décor sordide de quartiers à l’abandon. On en ressort remué et nauséeux, comme d’un abattoir clandestin. Un choc noir.

Des tueurs pas comme les autres – Par Ken Greenhall

Carl était un nazi. Baxter était un tueur. Carl aurait bien aimé que Baxter tue pour lui. Ils appréciaient tous deux la violence, la perfidie, et méprisaient le monde entier, dont ils souhaitaient la mort, par goût et par besoin. Des psychopathes ? Oui, bien sûr. Des assassins comme les autres ? Non. Car Carl était un enfant et Baxter un chien. Une étrange complicité meurtrière, à re-découvrir dans une des incursions atypiques dans le fantastique que se permet parfois la collection créée par Marcel Duhamel. Un chien, qui pense avec des mots d’homme, un enfant qui médite des meurtres aussi horribles que savants. De quoi ne plus avoir le même regard sur son fidèle animal de compagnie pendant quelques temps.

Seules les bêtes – Par Colin Niel

Une voiture est retrouvée au départ d’un sentier de randonnée. Sa conductrice a disparu. Les gendarmes recueillent des témoignages qui révèlent, chacun, les lourds secrets de cette femme.
Après nous avoir entraîné en Guyane (Les Hamacs de carton, Ce qui reste en forêt et Obia), Colin Niel change complètement d’ambiance. C’est au fin fond du Causse que ce roman choral prend place. Chaque voix nous fait progresser vers la compréhension de l’intrigue. Dans le monde rural, rien ne peut échapper au regard des autres, pourtant chacun n’a qu’une toute petite part de la vérité. Un cheminement implacable qui n’est pas sans rappeler Un pied au paradis, de Ron Rash.

 

La libraire Les Volcans à Clermont-Ferrand a consacrée sa vitrine au thème Printemps du polar.

LES DERNIÈRES THÉMATIQUES

Février – Ruée vers les datas
Librairie La Galerne, Le Havre

Big data, penser l’homme et le monde autrement – Par Gilles Babinet

L’auteur tente de répondre aux questions qui sont posées par rapport à l’utilisation des données. Les données sont partout : réseaux sociaux, smartphones, passages en caisse, carte de transport, etc. Elles peuvent être utilisées à bon escient, pour l’amélioration de la prise en charge médicale par exemple, mais la question du respect des libertés individuelles se pose dans tous les cas.

L’homme nu: la dictature invisible du numérique – Par Marc Dugain et Christophe Labbé

Le big data aspire, à travers Internet, smartphones et objets connectés, des milliards de données sur nos vies. Les agences de renseignement américaines et les conglomérats du numérique font alliance et enfantent une puissance mutante qui ambitionne de reformater l’humanité. Une nouvelle dictature nous menace et les auteurs, tous deux journalistes, nous incitent à réagir.

La vie algorithmique: critique de la raison numérique – Par Eric Sadin

Un essai critique sur la numérisation globale des sociétés du début du XXIe siècle et sur la transformation des relations humaines selon des intérêts commerciaux et réticulaires. L’auteur met en garde contre les effets néfastes de l’irruption du numérique dans la rationalité humaine, la vie privée et le processus démocratique.

L’ère numérique, un nouvel âge de l’humanité: cinq mutations qui vont bouleverser notre vie – Par Gilles Babinet

Au travers de son expérience d’entrepreneur, puis de président du Conseil national du numérique et enfin de Digital Champion, Gilles Babinet a identifié cinq domaines, intrinsèquement liés au numérique, dont l’évolution en cours va changer le monde : connaissance, éducation, santé, production et Etat. Pour chacun, il en explique avec clarté les enjeux et en précise les contours.

La silicolonisation du monde: l’irrésistible expansion du libéralisme numérique – Par Eric Sadin

Après avoir retracé un historique de la Silicon Valley, ce livre, montre comment un capitalisme d’un nouveau type est en train de s’instituer. Un technolibéralisme qui, via les objets connectés et l’intelligence artificielle, entend tirer profit du moindre de nos gestes, inaugurant l’ère d’une « industrie de la vie ». Au-delà d’un modèle économique, c’est un modèle civilisationnel qui s’instaure, fondé sur l’organisation algorithmique de la société, entraînant le dessaisissement de notre pouvoir de décision.

Janvier – Scandales alimentaires
Librairie Passages, Lyon

Faut-il manger les animaux ? – Par Jonathan Safran Foer

faut-il-manger-les-animauxPourquoi l’homme est-il carnivore ? Cet usage est-il moralement légitime ? Comment traitons-nous les animaux que nous consommons ? Avant de se lancer dans une vaste enquête, Jonathan Safran Foer convoque souvenirs d’enfance, données statistiques et arguments philosophiques pour interroger nos comportements vis-à-vis des animaux. Il dénonce ainsi l’abomination actuelle des pratiques d’élevage et d’abattage, tout en se penchant sur les derniers vestiges d’une civilisation qui respectait encore l’animal. Choquant, drôle et inattendu.

Quel pain voulons-nous ? – Par Marie Astier

quel-pain-voulons-nousLe pain est en France le symbole du produit simple et naturel. Qui songerait à demander à son boulanger de justifier la provenance de la farine ou la nature de la levure ? Pourtant, la plupart des pains que nous mangeons sont le résultat d’une standardisation dangereuse pour le goût et notre santé. Depuis une dizaine d’années, l’industrialisation s’accélère sous la pression des grands moulins et des nouvelles chaînes de boulangeries. Marie Astier explore les coulisses d’un univers méconnu, racontant les acteurs d’une longue chaîne allant du produit fini aux semences de blé.

Fourche et fourchette: rencontres et recettes du champ à l’assiette – Par Camille Labro

fourche-et-fourchetteTous les jours, ils vont au champ, au potager ou à l’étable. Sans relâche, ils sèment, soignent, cueillent, récoltent, traient, moulent, pétrissent. Ces petits paysans valorisent le goût et la biodiversité de la nature, et maintiennent, envers et contre tout, les pratiques d’une agriculture vivrière, saine et humaine. Ils vivent de peu et travaillent dur, chérissant leurs produits – ces bons produits sans lesquels il n’y aurait pas de bonne cuisine. Dans cet ouvrage, nous irons à la rencontre de ces hommes et femmes de la terre, de vrais paysans guidés par le bon sens plutôt que par le sens du profit.

Wild idea – Par Dan O’Brien

wild-ideaVoici l’histoire de la Wild Idea Buffalo Company, l’entreprise familiale de Dan O’Brien consacrée à l’élevage et la production du bison dans le respect de l’éthique indienne. C’est un récit et un témoignage humain, environnemental mais aussi économique, commercial et familial : Dan fait face sur tous les fronts dans cette lutte héroïque et folle pour la restauration d’un patrimoine écologique inestimable.

Lettre au dernier grand pingouin – Par Jean-Luc Porquet

lettre-au-dernier-pingouinLe 3 juin 1844, sur l’île d’Eldey, non loin du cercle polaire, des pêcheurs islandais ont tué les deux derniers spécimens de grands pingouins. En «honnête homme» du XXIe siècle, Jean-Luc Porquet sait que, à l’image de cet oiseau incapable de voler, toutes sortes d’animaux sont en train de disparaître, que la sixième extinction de masse des espèces est en cours, que la Terre n’a pas connu pareil massacre depuis 65 millions d’années et que les hommes, ses semblables, en sont les maîtres d’oeuvre irresponsables. Comment faire face à ces vérités-là sans céder à la panique ni au déni?

Décembre – Cannabis
Librairie Kleber, Strasbourg

Une ville sous emprise, Saint-Ouen ou la loi du cannabis – Par Claire GUEDON

une-ville-sous-emprise-280x280Saint-Ouen : un cas d’école. Cette ville de l’ancienne Ceinture rouge, limitrophe de Paris, qui accueille le célèbre Marché aux Puces, a été vampirisée par le trafic de drogue, et plus particulièrement de cannabis. Ce business criminel et tentaculaire génère régulièrement des épisodes de violence et a déjà fait plusieurs morts. A Saint-Ouen, ville de 48 000 habitants, le trafic est partout. Pas un quartier n’y échappe, ce qui représente une situation unique en France. Les auteurs, après plusieurs enquêtes journalistiques à Saint-Ouen pour Le Parisien, poursuivent leur exploration et soulèvent de nombreuses questions autour de la dépénalisation, de la légalisation ou de la libéralisation du cannabis. Pendant une année, elles ont suivi les habitants, les salariés, les commerçants, les consommateurs, les élus, les policiers, ou encore les avocats. Leurs actions, leur combat, leur détresse et la désespérance de certains jeunes forment le coeur du récit. Les faits sont forts et nul besoin d’en rajouter, mais impossible de sortir indemne de cette passionnante plongée.

Cannabis sur ordonnance: pour garder le goût de vivre jusqu’au bout – Par Martine SCHACHTEL

cannabis-sur-ordonnance-180x280Cancer du poumon. Alice n’a plus que quelques mois à vivre, entre éprouvantes séances de chimiothérapie et brèves rémissions. Ses soeurs, qui l’accompagnent dans cette intolérable descente aux enfers, ne pensent qu’à une seule chose : soulager ses douleurs. Mais les médecins ne proposent que des doses massives de morphine, qui plongent la malade dans une semi-hébétude. Bravant les risques, les deux sœurs décident de confectionner pour elle des sablés au cannabis. Trois par jour suffiront à lui redonner pour quelques heures le goût de la vie et du rire. Un témoignage poignant dans lequel Martine Schachtel, qui fut longtemps infirmière, dénonce une médecine qui s’acharne à maintenir en vie sans traiter la douleur et rouvre le débat sur l’usage du cannabis, qui peut, par ses effets antalgiques et euphorisants, atténuer considérablement la souffrance physique et morale..

Ces ados qui fument des joints – Par Pascal HACHET

ces-ados-qui-fument-des-jointsQue l’on soit touché de près ou de loin par le cannabis, cette réflexion offre des bases précieuses pour amorcer un débat en famille. Publié en 2000 dans la collection « Le métier de parents » d’Albin Michel, cet ouvrage a été entièrement revu et actualisé pour la version poche. Ni laxiste ni réactionnaire, légitimé par plus de vingt ans de pratique clinique dans une association de prévention et de soins aux usagers de drogues et à leurs proches, ce livre apporte des repères fiables, des conseils rassurants et des réponses précises aux nombreuses questions que se posent les adolescents qui fument des « joints », leurs parents et les professionnels qui les rencontrent.

Cannabis: le dossier – Par Emmanuelle CHOLLET-PRZEDNOZED

cannabis-le-doier-168x280Qui n’a pas entendu répéter cette affirmation : le cannabis est une drogue douce ? Douce ? Les médecins et les spécialistes n’en ont pas l’assurance : phénomène de dépendance, risques de santé publique, déstructuration de personnalités faibles – le cannabis, en tous les cas, est bien une drogue, au même titre que l’alcool, le krack ou le tabac. Comme tel, avant de débattre de sa dépénalisation, il convient de s’interroger sur la nature de son usage, les raisons qui motivent ses consommateurs. Alors le cannabis apparaît sous une lumière différente : un adjuvant qui facilite le passage vers le bas, un descenseur social, comme l’alcool ou la violence.

Cannabis: 40 ans de malentendus, Vol 1 1970-1996 – Par Jean-Pierre GALLAND

cannabis-40-ans-de-malentendus-280x280Coupures de presse, documents classés « secret défonce » par les activistes, dessins inédits d’artistes en herbe, photos souvenirs de manifestations cannabiques à l’appui, Jean-Pierre Galland, militant infatigable de la légalisation, vous invite à un voyage dans le monde du cannabis, un ouvrage férocement politique et furieusement militant. Le premier volume de Cannabis, 40 ans de malentendus débute en 1970, l’année où à été votée la loi et s’interrompt en 1996, l’année où les activistes dans la ligne de mire de la justice préparent néanmoins une action explosive.