La Cité, l’affaire de tous

Selon Platon « la perversion de la cité commence par la fraude des mots ». Si le journalisme fait corps avec la cité, alors méfions-nous de ses dérives. Et l’utilisation de mots frauduleux par certains confrères doit nous amener à réfléchir à l’exercice de ce singulier mais passionnant métier, au rôle de ceux qui prétendent le défendre (dont votre serviteur). Je regarde tous ceux qui s’engagent sur la voie de l’examen avec respect. L’équipe du bimensuel suisse La Cité en fait assurément partie.

Toutes les deux semaines, nos cousins helvètes ont la chance de trouver en kiosque ce titre qui (vous l’entendrez dans l’interview ci-dessous) ambitionne de faire « du journalisme de la connaissance et du savoir ». La tâche est vaste, le projet ambitieux. Pas seulement parce que, de nos jours, tout ce qui est clinquant, faux, creux et à la mode est porté au pinacle par des individus qui auraient pu être des « chefs de choucroute à Carrefour » comme disait le regretté Pierre Desproges. Mais aussi parce que la démarche de La Cité est humaniste et qu’elle revient à la source du journalisme, qu’elle associe ceux à qui les articles sont censés s’adresser en premier, à savoir les lecteurs.

Si vous aimez les articles longs dont les rédacteurs ne cherchent pas ligne après ligne à aboyer avec les loups, si vous recherchez des développements originaux sur l’actualité nationale et internationale, si vous pensez que les points de vue de spécialistes valent mieux que les commentaires maintes fois ressassés et si vous vous laissez volontiers bercer par une musicalité différente dans l’écriture, alors lisez La Cité.

Bien qu’étant à la tête de cette noble entreprise, Fabio Lo Verso a encore la sienne bien sur les épaules et ne semble pas désireux de la voir enfler pour d’obscures raisons de notoriété, de fausse gloire. Il parle de « nouvelle presse », d’humanisme. Ses propos donnent des raisons d’espérer, de croire qu’un autre journalisme est possible, loin de l’embrigadement absurde ou, au contraire, du dénigrement systématique, rôle habituellement dévolu à l’opposition politique quelle qu’elle soit.

La Cité en est à son vingt-quatrième numéro. Si vous calculez bien, ce titre souffle donc sa première bougie. Achetons les allumettes en prévision des prochains anniversaires.

Longue vie à La Cité !

Interview de Fabio Lo Verso

Site de La Cité

Catégories : Non classé