Arnaldur Indridason, suite, interview et fin

 

Une femme du nom de Kolbrun a été autrefois violée par un certain Holberg qui vient d’être retrouvé mort. Elle avait déposé plainte en son temps auprès d’un certain Runa qui semblait douter de sa bonne foi. Ne vous étonnez pas qu’Erlendur se heurte à la mauvaise volonté de Elin, la sœur de la victime lorsqu’il rouvre l’enquête.

 

Si le commissaire a décidé de se pencher à nouveau sur cette énigme c’est aussi parce quelque chose retient son attention : Audur, la petite fille née de ce viol, est morte d’une tumeur au cerveau. En remontant le fil des événements, le policier croise des petites frappes et découvre surtout un grand flou autour de la fameuse Cité des Jarres, là où l’on entrepose les organes humains à des fins pédagogiques. Or, le cerveau de la petite Audur a été volé il y a des années.

 

Palpitant épisode qui s’achève sur deux face-à-face particulièrement éprouvant pour les nerfs.

 

Quand je vous dis qu’il est quasiment impossible d’arrêter la lecture de cet auteur islandais à qui, malgré son air bonhomme il vaut mieux ne pas se fier.

 

 

Et voici donc l’interview que m’a accordée l’auteur :

 

En espérant qu’elle vous donnera envie de dévorer ses romans.

 

Durée : 29 minutes

 

Catégories : Non classé

Comments