Prix ARTE International au projet The Wounded Angel de Emir Baigazin

Dans le cadre du marché de coproduction de la Berlinale, organisé du 9 au 11 février 2014, le Prix ARTE International d’un montant de 6000 € a été décerné aujourd’hui par Rémi Burah, André de Margerie et Annamaria Lodato au projet de long métrage The Wounded Angel de Emir Baigazin (photo en tête de texte) produit par Beibit Muslimov et Anna Vilgelmi (Kazakhfilm JSC, Kazakhstan) et Thierry Lounas (Capricci Production, France.)

André de Margerie, Annamaria Lodato (ARTE International), Ana Vilgelmi, Emir Baigazin, Rémi Burah (ARTE France Cinéma)

André de Margerie, Annamaria Lodato (ARTE International), la productrice Anna Vilgelmi, le réalisateur Emir Baigazin, Rémi Burah (ARTE France Cinéma)

Emir Baigazin est un jeune réalisateur kazakh qui s’est fait remarquer l’année dernière en remportant l’ours d’agent pour son premier long métrage Leçons d’harmonie (Uroki Garmonii) présenté en sélection officielle lors de la précédente Berlinale.

A peine âgé de trente ans, Baigazin s’impose comme la nouvelle et talentueuse révélation d’un pays qui nous avait déjà offert les beaux films de Darezhan Omirbayev dans les années 90.

Leçons d’harmonie témoigne déjà d’une impressionnante maîtrise formelle. Les spectateurs français pourront le découvrir bientôt puisqu’il sera distribué dans les salles par Arizona Films le 26 mars, au terme d’une brillante carrière dans les festivals du monde entier, initiée à Berlin en 2014. Leçons d’harmonie, cruel récit d’apprentissage de la vie en communauté où triomphe la loi du plus fort, est la première partie d’une trilogie dédiée à l’adolescence et à la complexité de ses relations avec le monde.

Leçons d'harmonie

Leçons d’harmonie

Aslan, 13 ans, vit avec sa grand-mère dans un village au Kazakhstan. Il fréquente un collège où la corruption et la violence tranchent avec son obsession du perfectionnisme. Le jeune Bolat, chef du gang des mauvais garçons, humilie Aslan devant ses camarades de classe et extorque de l’argent à tous les adolescents. Aslan prépare une vengeance féroce et implacable.

The Wounded Angel est présenté par son auteur comme la deuxième partie de cette trilogie. Le projet est constitué de quatre chapitres interprétés chaque fois par un adolescent différent et âgé de treize ans. Quatre histoires en forme de fables ou de contes moraux, scandées par le motif esthétique de la flamme dans les ténèbres.

Le tournage de The Wounded Angel, dont le titre « l’ange blessé » est une référence au tableau du peintre symboliste finnois Hugo Simberg (1903, exposé au Musée Ateneum à Helsinski), est prévu pour le printemps 2014.

 

L'Ange blessé de Hugo Simberg

L’Ange blessé de Hugo Simberg

 

 

Catégories : Non classé

Comments