agricole, agriculteur, arte, bio, boissier, ferme, jonas, nouveau, pack, paysans, vache

Peut-on rire avec la PAC ?

Depuis quelques mois, une polémique divise la rédaction : « peut-on rire avec la PAC ? ». Pour abonder dans le sens de mon rédacteur en chef qui a toujours raison, j’ai décidé de prouver qu’une telle chose était possible.

Mon enquête commence par une banale recherche sur Google. Surprise, le moteur de recherche qui est censé être mon ami, m’envoie illico presto sur une page Wikipedia tellement longue que je n’ai même pas eu le courage de la scroller jusqu’au bout. Ça commence mal.

Entre les lignes, j’arrive quand même à comprendre que la PAC c’est un sigle qui désigne une politique visant à subventionner les agriculteurs européens et à contrôler les prix des récoltes et que cette politique est critiquée de toute part, notamment parce qu’elle maintient les producteurs sous perfusion comme l’explique Eric Wyngaert, paysan (à partir d’une minute).

Pour l’instant, on est loin de se fendre la poire. Il convient de préciser à ce stade de l’enquête que je n’ai à aucun moment remis l’avis de mon rédacteur en chef en question, ni douté de ses propos. Je décide donc de mettre de côté les nuances et les explications techniques pour me concentrer sur une approche plus « kikoolol » de la question.

J’associe donc le mot « pac » au mot fun, puis au mot « lol ». Résultat : des centaines d’articles consacrés au légendaire jeu vidéo Pacman… Je décide donc de tenter une approche plus multimédia en cliquant sur l’onglet vidéo de la page Google. Ma surprise est double. Je me rends compte que l’année 2012 marque les 50 ans de la Politique agricole commune et que pour l’occasion, la Commission européenne a mis en ligne un clip vidéo. 514 vues. L’espoir est faible, mais il a le mérite d’exister.

Si l’on résume la vidéo, grâce à la PAC, on peut faire pousser des plantes fluorescentes, mettre des pulls en laine tout en prenant un air contemplatif dans les hautes herbes, faire un plongeon olympique dans un lac, se servir du lait à la manière d’un thé à la menthe, mettre du cellophane sur des pâtisseries fourré avec une matière rouge, saisir une petite pochette plastifiée pendant une opération chirurgicale, renifler un abricot avec les copines, regarder des ruminants avec des éoliennes au second plan, manger une salade de coquelicot à la mozzarella, surfer sur le ouebe dans une charrette pleine de foin, cueillir du raisin fluorescent, faire marcher un bébé entre ses jambes… J’ai été surpris de ne pas voir défiler le slogan : “La PAC, des sensations pures”. Toujours pas le moindre sourire.

Mon rédacteur en chef, Jean-Michel, sait tout sur tout

A cet instant, je dois confesser que j’ai été proche d’abandonner mon entreprise. Et puis, j’ai fermé les yeux, et je me suis demandé ce qu’aurait fait mon rédacteur en chef à ma place. Rasséréné par cette pensée réconfortante, je décide de poursuivre mes recherches. Je tombe sur 50ansdepac, parodie du site officiel de la PAC, qui propose une imitation du discours du commissaire chargé de l’agriculture et du développement rural, Dacian Cioloş sur sa homepage. D’ailleurs, certaines phrases ne laissent aucune place au doute quant aux velléités comiques de son auteur  : « C’est grâce à la PAC que certains agriculteurs d’hier sont devenus ceux d’aujourd’hui et seront peut-être ceux de demain ». Une lueur d’espoir dans un océan de ténèbres.

Inutile de se voiler la face, ni le site, ni la vidéo ne sont franchement poilants. Mais ils ont le mérite  d’offrir un début de réponse à la question qui nous taraude depuis quelques temps. Quelqu’un a essayé de faire de l’humour avec la PAC et sa tentative (ratée) ouvre une brèche pour tous les aspirants comiques qui s’intéressent à l’Europe et à l’agriculture. Cette pensée me donne des ailes et des idées : Je me tourne alors vers mon collègue Jonas qui, en plus d’être plutôt bel homme (voir la photo), parle un anglais impeccable, pour lui demander comment on dit PAC dans la langue de Paul Gascogne. Mais c’est Margaux, notre nouvelle stagiaire qui parle beaucoup mieux anglais que toute la rédaction réunie, qui répond la première : « CAP ».

Mon collègue allemand Jonas est assez bel homme

Je tape donc ce sigle, toujours associé aux mots « lol » et « fun » sur notre moteur de recherche préféré. Et là, le miracle se produit. Je tombe sur Capreform, un site anglophone, entièrement consacré à la « PAC », fait par des chercheurs qui militent AVEC HUMOUR, pour la réformer. Entre plusieurs articles merveilleux, je déniche cette vidéo de Jamie Oliveoil, parodie du célèbre cuistot beaugosse, Jamie Oliver, qui explique que la PAC est une petite cuisine désastreuse pour l’Europe.

Capwoman, notre nouvelle stagiaire

Franchement j’ai bien ri. Et puis j’ai arrêté quand je me suis rendu compte que cette vidéo était en fait, le fruit de « L’alliance des contribuables », une association britannique dont le but est de faire du lobbying pour payer moins d’impôts. Malaise. En tant que citoyen français, moi je suis content de payer mes impôts et ça m’ennuie de poster une vidéo qui va à l’encontre de mes principes. Je voulais juste rire avec la PAC. Mais j’ai été rassuré par un proverbe afghan glané au hasard de mes recherches, qui plairait surement beaucoup à mon rédacteur en chef qui, par ailleurs, est un fin gourmet : « Le rire, c’est le sel de la vie ; sans le sel, la vie n’a pas de goût, comme dans la cuisine » (l’Afghanistan en proverbes – 1905).

 

Catégories : paysans

commentaires