dr house, fansubbing, interview, sous-titrage

Elle a sous-titré illégalement Dr House pendant 4 ans

Chaque jour, ils sont des centaines, peut-être des milliers, à offrir des sous-titres aux nombreuses séries diffusées à travers le monde. Des milliers qui donnent ainsi du sens à des œuvres pourtant inaccessibles à une grande partie du public ne maîtrisant pas de langue étrangère. En donnant de leur personne et de leur temps, ceux qui se font appeler les fansubbers – et qui se forment en équipe ou “team” – ont très probablement contribué à la croissance rapide sur Internet des séries, au-delà des frontières linguistiques.

Marie (1), 25 ans, est traductrice de profession pour la branche française d’une entreprise américaine. Mais depuis septembre 2008, elle façonne dans l’ombre des sous-titres français du Dr. House (Fox) que l’on peut télécharger sur Internet. Pour elle, cela a représenté près de 1183 heures de sous-titrage et 86450 lignes à traduire.

La fin de la série, prononcée le 21 mai dernier aux  Etats-Unis, est l’aboutissement d’une longue aventure pour la jeune femme et son équipe de sous-titreuses. C’est aussi pour elle la fin d’un processus altruiste, se voulant le plus respectueux du matériel original et ce malgré l’infraction au droit d’auteur – et donc l’illégalité – que représente cette activité.

 

Pourquoi vous êtes-vous lancée dans cette tâche ?

Marie : Je ne suis pas particulièrement passionnée par les séries mais j’ai été accrochée à Dr. House. C’est en voyant les difficultés pour obtenir des épisodes sous-titrés (sous-titres trop longs à  sortir – entre 7 et 10 jours – ou de très mauvaise qualité) que je me suis décidée à en faire. Pour mon usage personnel pendant une saison, puis pour les autres jusqu’à maintenant.

En tant que professionnelle, quel est votre regard sur le monde du fansubbing ? C’est un monde amateur qui montre parfois quelques difficultés à traduire au plus juste quand il faut traduire au plus vite…

J’apprécie leurs efforts parce que c’est tout sauf facile de prendre le temps de traduire un épisode, mais je suis quand même atterrée de voir la qualité de certains sous-titres… Je ne parle pas des coquilles ou erreurs d’inattention que nous pouvons tous faire, mais bien des épisodes massacrés par des phrases qui le veulent  rien dire, des traductions faites un peu (beaucoup) au hasard… Quand on sait que ce qu’on a écrit est faux, pourquoi le laisser ?

Heureusement, certaines équipes font un travail remarquable dont je suis très admirative. J’aime à penser que plus ça va, plus les gens chercheront des sous-titres de qualité pour suivre les séries qu’ils aiment.

Derrière la question du fansubbing se cache également la question du piratage. Vous devez savoir pertinemment qu’il s’agit ici d’une atteinte au droit  d’auteur. Ça ne vous pose pas, sinon un problème légal, un problème moral ?

On sait très bien qu’on est susceptible d’être inquiété par la justice à l’instant même où l’on commence à sous-titrer. Du moins, les fansubber “sérieux” oui.

Maintenant si on fait cela, c’est pour répondre à un besoin qui n’est pas comblé par l’offre actuelle, en décalage total avec la réalité. Je n’aurais jamais commencé ou continué le sous-titrage si une offre légale qui répond aux attentes des fans (sous-titres bien synchronisés, traduits et disponibles tôt) était proposée. Mais ce n’est pas le cas. En plus d’être souvent de qualité moindre, l’offre légale est bien trop restrictive (2 euros pour 48h max pour voir un épisode…).

Après, l’une des choses qui nous différencient des autres équipes de sous-titrage, c’est qu’on n’a jamais essayé de profiter de l’intérêt que nos sous-titres suscitent. On n’a pas ouvert de site, on n’a pas fait d’appel aux dons ni accepté de cadeaux des fans, on n’a pas mis de lien dans nos sous-titres, on n’a pas divulgué les liens de nos sous-titres ni des épisodes, on n’a mis aucun sous-titre en ligne… On a toujours eu cette volonté de rester discrètes plutôt que de narguer le système. Je connais beaucoup d’équipes qui ont dû cesser leur activité parce que, justement, elles faisaient un peu trop de bruit. La chance que l’on peut avoir, c’est qu’on n’a jamais été menacées de près ou de loin par la justice.

Mais il est vrai que j’attendais la fin de la série pour pouvoir “respirer” par rapport à ce problème de légalité, puisque malgré toutes les bonnes raisons que l’on peut trouver, cela reste illégal.

Quand vous parlez de “qualité moindre”, faites-vous référence à la qualité de l’image des épisodes vendus légalement ou bien à la qualité des sous-titres qui les accompagnent ?

Rien à redire sur la qualité de l’image, je parle bien de la qualité des sous-titres proposés. Bien sûr, ceux que nous proposons ne sont pas parfaits, mais que des gens payés à les faire fassent des fautes d’accord, d’orthographe voire des contre-sens ou qu’ils omettent volontairement de ne pas traduire certains jeux de mots ou certaines références (je ne parle pas des références “interdites” en France comme  les marques ou les allusions aux juifs), c’est quand même consternant.

Des exemples précis en tête ?

On nous l’a rapporté il y a plusieurs mois, c’est donc un peu flou maintenant… Il faudrait revoir les épisodes et comparer, mais c’est du même genre que “Comment, Véro-nique et vous pas ?” remplacé par “Vous me surprenez, jeune fille !“. Ce n’est qu’un exemple pour donner une idée des raccourcis qui ont pu être pris et des difficultés contournées.

Quel est votre mode de fonctionnement, votre organisation ?

Je suis la chef d’équipe, c’est par moi que les fichiers sont envoyés et que les membres communiquent entre eux. Nous étions entre 2 et 5. Pour toute la saison 5, j’étais seule et pour plusieurs épisodes de la saison 8 également. Au début, j’acceptais les personnes de bonne volonté, mais le travail étant assez technique en plus d’être exigeant et de devoir être accompli rapidement, il a fallu exiger un test au préalable pour évaluer le niveau de la personne.

Nous sous-titrons avec le logiciel gratuit VisualSubSync, un logiciel très utile et incontournable pour qui souhaite faire des sous-titres. Faire les sous-titres d’un épisode de 43 minutes prend entre 10 et 15h selon le nombre de lignes et le niveau de difficulté, qui varient chaque semaine.

Quand nous avions une membre formée à la synchronisation, cette personne s’en occupait. Je faisais la traduction et deux ou trois autres membres faisaient des relectures précises (l’une la relecture médicale, l’autre la relecture orthographique et la dernière vérifiait la bonne adaptation de la traduction). Mais quand la membre qui synchronisait est partie, j’ai dû faire la synchronisation, la traduction et une partie de la relecture.

On communiquait par logiciel de messagerie instantanée, ou on copiait les sous-titres dans un Googledoc et on échangeait et travaillait toutes ensemble en même temps. Enfin parfois, on communiquait par e-mail quand rien d’autre ne semblait  marcher, ou par twitter dernièrement.

Qu’allez-vous faire désormais ? Changer de série ?

On était amies avant de sous-titrer la série, on le restera donc après. On a longtemps attendu l’arrêt de la série mais, malgré tous les bons moments et le “bonheur” que l’on peut faire à beaucoup de gens, les contraintes devenaient de plus en plus intenables…

Devoir consacrer tout son mardi de 7h du matin à 22h rien que pour faire des sous-titres quand on a une vie de famille, des études et un travail à côté, c’est vraiment pas évident… C’est d’ailleurs pour cela qu’on ne refera pas d’autre série, ni maintenant, ni plus tard. Même si on sent un petit “vide” depuis l’arrêt de la série, on est surtout soulagées que ce soit terminé.

Que pensez-vous de l’évolution du fansubbing à l’avenir ?

Le phénomène s’intensifie et les équipes se multiplient. Il y a 4 ou 5 ans, on  trouvait une équipe par série, sur relativement peu de séries (que les plus connues).  Maintenant on en trouve une ou deux sérieuses et plusieurs autres dont la seule  préoccupation est de sortir les sous-titres les plus rapides pour attirer le plus de  monde. C’est l’effet addic7ed, n’importe qui peut sortir des sous-titres sans aucun  contrôle de la qualité, du moment que ce sont les premiers.

C’est très paradoxal parce que tout le monde sait bien que le piratage est un délit  passible de poursuites judiciaires, mais comme pour le téléchargement, personne n’a vraiment conscience que ça n’arrive pas qu’aux autres.

Etiez-vous en contact avec d’autres équipes de sous-titreurs ? Existe-t-il un réseau ?

Notre équipe n’a jamais été en contact avec d’autres. Du temps de la toinety team (NDR : qui s’est arrêtée pour des raisons judiciaires), leur chef me contactait fréquemment mais jamais dans un but d’entraide ou amical… toujours de façon intéressée.

Par contre, les gros forums de sous-titrage comme U-sub et Subfactory regroupent la majorité des équipes sérieuses. Elles sont donc naturellement en contact tout le temps pour de l’aide à sous-titrer ou simplement pour discuter. J’ai fait partie d’une équipe chez subfactory pour la dernière saison de Big Love et cela m’a permis d’accéder au “cercle fermé” des équipes de l’élite du fansubbing.

C’est là que j’ai découvert qu’on me connaissait et qu’on connaissait mon équipe. Mais bien sûr, on nous prenait de haut puisqu’on n’était pas affiliée à un site comme le leur (et qu’on était leur concurrent direct). C’est assez ironique puisque leur équipe sous-titrant Dr. House a depuis quelques mois énormément de retard sur la parution des sous-titres (d’ordinaire, 1 semaine, mais là, ils en sortent sur des délais bien plus longs. Je crois qu’à l’heure actuelle, ils en sont à l’épisode 16 sur 23…).  Les fans perdant patience se retrouvent donc à prendre nos sous-titres !

(1) : Prénom de substitution

 

Propos recueillis par Manuel Raynaud.

Catégories : Drama · Interview · Série américaine

commentaires