fleuve, génies, la

les génies du fleuve Niger

La lumière baissait doucement, au même rythme que la pinasse descendait le fleuve.

Il y eut un dernier éclat de soleil, d’un jaune éblouissant.

Un totem nous regardait.

Juste quelques secondes

Puis mon regard plongea dans le fleuve

Les génies des eaux peuvent être redoutables me dit-on

La nuit calma le jeu.

Nous étions à Niafunké, la patrie d’Afel Bocoum et de Ali Farka Touré, son maître.

Catégories : 2-MON JOURNAL DE VOYAGE AU MALI