Lolo, les shots de Get 27-vodka et le Petit Majestic

Bon Ioudg,

Tu te serais pas un peu foutu de ma gueule avec ton “PS : On se voit ce soir” ? Nan parce que c’est pas faute d’avoir arpenté la Croisette et les lieux où on peut s’en jeter un, mais visiblement, t’étais couchée ma grande. En même temps, je ne peux pas vraiment t’en vouloir, c’est qu’avant le jeudi soir, y a pas vraiment grand chose à branler côté grosses soirées à Cannes. Les “terrasses”, les “villas”, les “bateaux” et autres lieux de débauches sponsorisés ouvrent à peine la journée et à ce stade, leurs chargés de relations publiques en sont encore à distribuer les cartes, ces précieux sésames qui permettront ensuite de se rincer tranquillement à l’œil pendant les dix prochains jours. Un truc pas négligeable soit dit en passant.

Du coup, face à l’absence patentée de ce type de lieux et de privilèges pour le moment, il s’agit de trouver les rades cannois susceptibles de faire le job. Alors c’est vrai, on peut toujours opter pour la bouteille de mauvais rosé à huit euros chez le rebeu et la descendre sur le seul et ridicule bout de plage public de la Croisette, en regardant un hypothétique coucher de soleil aux couleurs un peu cramées. Après tout, on débarque de Paris – parce que tu vois Ioudg, perso je sors de douze semaines séquestré dans une salle de montage, alors un peu de lumière du jour, ça pourrait pas me faire de mal – mais non, à la place, grosse marade, je suis allé m’enfermer au Petit Majestic. Tu t’en doutes, je ne parle pas du Majestic Barrière, cette espèce d’énorme palace pour individus blindés et autres “grands de ce monde” selon l’appellation consacrée, mais bien du Petit Majestic, un PMU un peu pourri donc une partie non-négligeable des recettes est habituellement générée par la ribambelle de mecs qui viennent claquer leur pognon en jouant aux courses.

C’est dingue parce que le Petit Majestic, on en entend jamais parler alors que merde, ce bar est aussi une institution du Festival. Bon c’est un peu bâtard à dire mais c’est le rade où se retrouvent un paquet de ces mecs qui sont accrédités mais n’ont pas les connexions pour squatter les grosses soirées des “terrasses”, “villas” et autres “bateaux” susmentionnés. Mais ça donne quand même des bonnes beuveries au final et en plus, et même si c’est pas open bar, la tise n’y est pas trop chère. Du coup, à la fin, les gens sont bourrés sans avoir éventré leur PEL et puis ils finissent par oublier qu’ils étaient un peu dégoûtés en début de soirée parce qu’ils n’avaient pas d’entrées pour les “terrasses”, les “villas”, les “bateaux”, tout ça.

Mais là, techniquement, on en est même pas encore au moment où aller au Petit Majestic est une alternative. Le patron ayant bien compris l’intérêt suscité par son petit commerce, chaque année, il ferme la section PMU pendant les dix jours que dure le cœur festif du festival. Mais là, le festival international de la fête de Cannes n’avait pas même encore commencé. Y avait que des habitués dans le bar et la télé encore bien branchée sur Equidia avec la quatrième réunion de la journée à Vincennes.

Je sais pas trop ce que t’en penses, mais moi, je trouve que c’est important de comprendre les courses parce qu’on croirait pas comme ça, mais t’as genre six ou huit millions de Français qui jouent chaque année, dont 100% qui ont consommé au moins un pastis dans les douze derniers mois. Alors faudrait quand même pas se couper d’un dixième de la population française. Du coup, à des fins sociologiques, j’ai appris à aimer le Ricard et à comprendre ce que voulait dire des trucs genre “Et le 10, Firefox de Marseille, déféré des quatre, est disqualifié après être parti au galop dans la quatrième”. Bon, avant d’arriver là, je t’avoue que l’anecdote de la bouteille de rosé sur la plage n’était pas fictive ; du coup, j’avais le contact un peu facile et j’ai rencontré Laurent qui me jurait tenir un tuyau de son frère - “Je rigole pas, c’est un ancien jockey mon frère” qu’il m’a dit le Lolo. Ouais, on est un peu devenu pote, alors je l’appelle Lolo maintenant.

Enfin bref, au final, c’était à moitié des cracks son tuyau je pense, mais en même temps, c’était à moitié vrai parce qu’il a fini par ramasser un peu de thunes, c’est qu’il avait placé un petit bifeton de 100 euros sur l’affaire tout de même. Du coup, il était super content, il nous a payé des shots de vodka-Get, le délire était total. Je sais pas trop si tu traînes dans ce genre de lieu Ioudg mais si tu veux, je t’emmènerai. Et si t’as envie de rencontrer Lolo, va falloir te bouger un peu parce qu’il se fait délocaliser du Petit Majestic à cause des festivaliers sans connexion du coup, mais il m’a dit qu’il jouerait dans un autre PMU un peu miteux, genre vers le boulevard Carnot. On pourrait peut-être se voir là-bas en fait, ça changerait du périmètre Croisette-Palais des Festivals-Croisette-terrasse du bar en face du Palais des Festivals. Nan ?

Loïc

Catégories : On se voit à Cannes ?

commentaires