Le siège d'ARTE

à Strasbourg dans le quartier européen

ARTE vue du ciel

Strasbourg

Le siège d’ARTE est situé à Strasbourg, près du Parlement européen, du Conseil de l'Europe et du Palais des droits de l'homme. Il est l’expression d’un triple symbole : symbole de la réussite d’une chaîne qui a su s’affirmer dans le paysage audiovisuel européen, symbole d’une amitié fructueuse entre la France et l’Allemagne, et symbole d’une ouverture enthousiaste et déterminée sur l’Europe.

ARTE s'engage au quotidien sur son siège à Strasbourg pour un développement durable et une maîtrise de sa consommation d'énergie. Première chaîne de télévision en France certifiée ISO 50001, ARTE s'engage à prendre les mesures nécessaires pour améliorer son efficacité énergétique moyenne de 20% sur la période 2014-2020 par rapport à son année de référence en 2013. La Chaîne analyse et optimise ses activités les plus énergivores. Elle s'emploie à sensibiliser l'ensemble des salariés et à intégrer désormais le critère énergie dans sa politique d'achats. Sa performance énergétique a été ainsi améliorée de 15% entre 2014 à 2016. Cet effort répond à l'objectif de lutte contre le réchauffement climatique fixé par l'Union européenne (Directive 2012/27/UE).

Une architecture humaine

Inauguré le 13 octobre 2003, le siège est situé sur les berges de l’Ill, entre le centre historique du Vieux Strasbourg et le quartier européen, au cœur d’une pittoresque cité ouvrière. Le bâtiment conçu par l’architecte Hans Struhk, d’une grande simplicité et d’une grande transparence architecturales, reflète ce contraste et établit un lien entre ces deux univers pour s’intégrer harmonieusement dans l’environnement existant.

La construction du siège d’ARTE constitue un exemple de coopération franco-allemande réussie. Outre certains collaborateurs de la Chaîne, 37 entreprises du bâtiment et 11 spécialistes et consultants provenant des deux pays ont participé aux travaux de l’équipe de l’architecte allemand Hans Struhk, épaulée par son partenaire strasbourgeois Maechel/Delaunay/Jund sous l’égide de Paul Maechel.

L'architecture humaine en fait un lieu de travail privilégié, propice à la création. Outre les exigences fonctionnelles, Hans Struhk a accordé une large place à la nature. Les quatre éléments naturels, le feu, l’eau, l’air et la terre, sont omniprésents dans le bâtiment : le ciel se reflète sur le basalte brut de l’atrium agrémenté d’un imposant escalier de chêne. Le jardin suspendu offre une oasis de verdure. Les murs extérieurs des studios et du restaurant illuminent de leur rouge feu. Les espaces de travail se répartissent harmonieusement autour de deux cours intérieures qui constituent des lieux de rencontre importants et permettent à tous les collaborateurs de bénéficier d’un éclairage naturel.

 

Une révolution technologique : l'ère du tout numérique

Le système de diffusion a amorcé sa révolution technologique à l'occasion de l'installation d'ARTE dans son nouveau siège. Les programmes sont désormais enregistrés et stockés sur des serveurs informatiques, en remplacement des bandes magnétiques. Tous les éléments liés aux programmes (éléments audios et vidéos, versions linguistiques, sous-titrages, photos, textes de presse, gestion des droits) sont numérisés et rassemblés sur ces serveurs, afin de permettre à chacun d'y avoir accès depuis son poste de travail. La diffusion intervient à partir de ces éléments, en éliminant le support analogique.

Outre les avantages évidents à court terme (amélioration considérable des performances et de la productivité de l'exploitation générale de la Chaîne, partage plus efficace des informations entre collaborateurs, transmission plus rapide des programmes venant des pôles, disparition du support magnétique, plus fragile et dont la conservation est limitée, gain de temps et de place, …), ce nouveau système a facilité le rapprochement de l'antenne et de l'internet (diffusion des programmes directement sur le web, visionnage en pré-diffusion à distance, interactivité avec les téléspectateurs, etc.).

Cette transformation des outils s'est opérée petit à petit pour permettre aux collaborateurs d'avoir le temps de s'adapter aux nouvelles méthodes de travail, - le point d'orgue ayant été l'installation de la nouvelle régie de diffusion en 2012.

Historique du projet

  • Octobre 1990
    Le Traité inter-étatique signé entre la République Française et les Länder de la République Fédérale d’Allemagne stipule que la Chaîne culturelle européenne aura pour siège Strasbourg.
  • Mars 1992
    ARTE s'installe dans son premier siège officiel aménagé par les architectes Michel Moretti et Gérard Altorffer au centre-ville de Strasbourg, rue de la Fonderie. Face aux besoins grandissants de la Chaîne, les capacités s’avèrent cependant insuffisantes et les équipes doivent se répartir entre sept adresses différentes.
  • Mars 1998
    L’Assemblée Générale d’ARTE décide la construction d’un nouveau siège, sur un terrain proposé par la Ville de Strasbourg, situé à l’angle de la rue Lauth et du quai du Chanoine Winterer. Le Plan d’Occupation des Sols (P.O.S.) prévoyait que ce site soit réservé à des « équipements liés à la vocation européenne de Strasbourg ».
  • Octobre 1999
    A l'issue d'un appel d'offres européen, l’Assemblée Générale d’ARTE retient le projet de l’équipe franco-allemande Hans Struhk/Paul Maechel pour la construction du nouveau siège.
  • Mai 2001
    Catherine Tasca, Ministre française de la culture et de la communication, ainsi que Jobst Plog et Jérôme Clément, Présidents d'ARTE, posent la première pierre du nouveau siège d’ARTE à Strasbourg, à proximité des institutions européennes.
  • Avril 2003
    ARTE GEIE inaugure son nouveau siège à Strasbourg, près des institutions européennes, un bâtiment réalisé par l’équipe franco-allemande de Hans Struhk et Paul Maechel.
  • Octobre 2006
    Inauguration de « L’homme-girafe » du sculpteur allemand Stephan Balkenhol sur le parvis du bâtiment d’ARTE.