Corrida - Francis Wolff est l'invité de Raphaël Enthoven

Réflexion sur la corrida avec Francis Wolff.
Corrida avec Francis Wolff

La corrida est-elle une barbarie, un rite, un jeu, un sport, un spectacle, un art ? C'est surtout l'instant de la rencontre entre le puissant taureau de combat et le torero dans son habit de lumière, l'instant où une collision de forces ennemies se convertit en un pivotement dansé, léger, économe. 

Invité : Francis Wolff

Francis Wolff (né en 1950 à Ivry-sur-Seine) est un professeur de philosophie à l'École normale supérieure, à Paris rue d'Ulm. Il a fait ses études au lycée de Saint-Cloud puis au Lycée Louis le Grand (Paris). Habilité à diriger les recherches en philosophie en 1998, il est nommé Professeur des universités (chaire de philosophie ancienne), à l’université Paris-X Nanterre en 1999, où il dirige le Centre « Festugière » d’histoire de la pensée ancienne. Revenu en mai 2001 à l’École normale supérieure, pour y exercer les fonctions de Directeur adjoint (Lettres et sciences humaines), il a été nommé Professeur des Universités de cette institution, en 2004, au département de philosophie, dont il a, pendant trois ans (2004-2007), exercé la direction. Il compte parmi les défenseurs de la tauromachie, et plus particulièrement de la corrida sur laquelle il a publié deux ouvrages, un grand nombre d'articles de presse et participé à de nombreuses conférences. Il a aussi participé à la rédaction du document qui a permis d'inscrire la corrida au Inventaire général du patrimoine culturel.

Parmis ses œuvres :

 

7248674 - seville.jpg

 

 

 

7248670 - philosophie-de-corrida.jpg

 

 

 

7248666 - 50-raisons.jpg

 

 

 

7248668 - humanité.jpg

 

 

 

7248676 - taureau.jpg

 

L'appel de Séville

 

Philosophie de
la
corrida

 

50 raisons de
défendre la corrida

 

Notre humanité

 

D'un taureau
l'autre

 

Le message de Raphaël Enthoven aux internautes :

Chers téléspectateurs corridaphobes (dont je suis peut-être ?), méfiez-vous des anathèmes et des imprécations. L'émission est un dialogue, auquel on ne répond pas par l'outrance. Regardez l'émission et discutez, si vous le souhaitez, les arguments qui s'y trouvent. Vous devez cela aux millions de gens qui n'ont pas les mêmes convictions que vous. Toute condamnation a priori se condamne elle-même.

Bien à tous,

Raphaël Enthoven

 

PS : Spinoza Traité politique, I, §4 : "J'ai pris grand soin de ne pas tourner en dérision les actions humaines, de ne pas les déplorer ni les maudire, mais de les comprendre"

PPS : "Philosophie" n'a jamais invité deux personnes. Car l'émission n'est pas un débat, mais l'examen généreux d'un discours inattendu. Si vous prenez la peine de la regarder, vous entendrez bien des arguments défendus par les adversaires de la corrida.