Brian de Palma

Cinéma -
106 min - 77 vues
  • Comment (re)voir ce programme Descendre

    • Diffusion :
    • dimanche 26 mars à 22h30
    • Disponible en direct : oui
    • En ligne du 26 mars au 2 avril 2017
    VOD-DVD

    Ce programme n’est pas disponible en vidéo à la demande ou DVD.

    Rappel par e-mail

    heures avant la prochaine diffusion de ce programme.

    ARTE vous garantit que l’adresse e-mail fournie servira uniquement à l'envoi de ce rappel.

De "Carrie" à "Mission impossible" en passant par "Scarface" et "Blow out", Brian De Palma a marqué de son style inclassable le Nouvel Hollywood. À la faveur d’une conversation intime truffée d’anecdotes, il revient sur ses cinquante ans de carrière pour une leçon de cinéma passionnante.

C’est un entretien d’une savoureuse cinéphilie. Pour évoquer son prodigieux parcours derrière la caméra, Brian De Palma, assis face à elle en fringuant tonton américain du septième art, se prête à l’exercice du "Je me souviens" pendant près de deux heures. Une instructive leçon de cinéma, d’une modestie bonhomme, bien loin des giclées d’hémoglobine associées à ses films, de Carrie au bal du diable à Scarface en passant par Pulsions – une tendance, avoue-t-il, liée à ses visites enfant dans l’hôpital de son père chirurgien. Avec un art enjoué du récit, le réalisateur évoque tour à tour son influence hitchcockienne après le choc Vertigo, ses premiers essais expérimentaux et l’amitié au long cours avec "Marty" (Scorsese), George Lucas ou Steven Spielberg, mousquetaires du Nouvel Hollywood.

De Palma-gnanime

De succès planétaires (Les incorruptibles) en bides monumentaux (notamment Blow out), cités sans amertume aucune, l’auteur de Body double éclaire avec vigueur les choix de son demi-siècle de carrière. Curieux de ses pairs, Brian De Palma décrypte aussi généreusement certaines de leurs œuvres dont le somptueux Barry Lindon de Kubrick, dénonçant dans la foulée l’emprise croissante de l’industrie cinématographique sur la créativité. Réalisée par Noah  Baumbach et Jake Paltrow, eux-mêmes auteurs de longs métrages, la séance spéciale dresse in fine un très attachant portrait du maître. Cette rafraîchissante immersion dans sa filmographie, illustrée par une foule d’extraits, est truffée d’anecdotes, comme la rétivité du grand Welles – qui a tourné pour lui dans Get to know your rabbit (1972) – ou de De Niro à apprendre leurs textes.

Générique
  • Réalisation :Noah Baumbach, Jake Paltrow
  • Pays :Etats-Unis
  • Année :2015
  • Origine :ARTE F
Commentaires (0)