28 minutes

L'homophobie de l'Église / Faut-il laisser filer la dette ?

Actu & société -
44 min - 14647 vues
  • Comment (re)voir ce programme Descendre

    • Diffusion :
    • jeudi 2 mars à 20h05
    • Disponible en direct : oui
    • En ligne du 2 mars au 9 mars 2017
    VOD-DVD

    Ce programme n’est pas disponible en vidéo à la demande ou DVD.

    Rappel par e-mail

    heures avant la prochaine diffusion de ce programme.

    ARTE vous garantit que l’adresse e-mail fournie servira uniquement à l'envoi de ce rappel.

PRÊTRE ET GAY : IL DÉNONCE L'HOMOPHOBIE DE L'ÉGLISE Depuis son "coming out" en 2015, le prêtre gay Krzysztof Charamsa milite pour en finir avec l’obscurantisme du Vatican. ÉLECTION : POURQUOI NOS CRÉANCIERS NE NOUS FONT-ILS PLUS CONFIANCE ? Débat avec Nicolas Baverez, économiste et historien, Julia Cagé, conseillère économique de Benoît Hamon, et Benjamin Lemoine, sociologue.

PRÊTRE ET GAY : IL DÉNONCE L'HOMOPHOBIE DE L'ÉGLISE « À l’homme qui m’a embrassé et m’a tendu la main pour m’arracher au mensonge. À  l’homme que j’aime. À Eduard ». Une citation qui n’aurait rien de remarquable si elle n’introduisait pas le livre… d’un prêtre. Avec "La première pierre – Moi, prêtre gay, face à l’hypocrisie de l’Église", Krzysztof Charamsa part à la rencontre de l’opinion, avec deux missions : faire évoluer les mœurs de l’Église et alerter sur ses dérives. Depuis son « coming out » en 2015, ce prêtre milite pour en finir avec l’obscurantisme du Vatican. Dangereuse oppression sur la sexualité, pédophilie, huit-clos malsain des élites catholiques mais aussi culture gay et autonomie catalane sont autant de thèmes que nous aborderons avec Krzysztof Charamsa.

ÉLECTION : POURQUOI NOS CRÉANCIERS NE NOUS FONT-ILS PLUS CONFIANCE ? Et si les marchés faisaient l’élection ? À quelques semaines de la présidentielle, la question mérite d’être posée. En effet, trois des principaux candidats – Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen et Benoît Hamon – sont la cible des financiers. Le point de tension ? Le potentiel « défaut souverain » entrainé par la victoire de l’un des trois prétendants. Le champion du Parti socialiste et le leader de la France insoumise, proposent en effet de ne pas rembourser tout ou partie de la dette française quand la candidate frontiste veut, elle, la convertir en Francs. Là où le bât blesse ? Les financiers – dont deux tiers sont étrangers – qui détiennent la dette française, sont les mêmes qui peuvent lui prêter les fonds nécessaires à la mise en place d’un programme de politique publique. En menaçant de ne plus traiter avec la France, les marchés financiers ébranlent-ils la gouvernance démocratique de notre pays ? On en débat avec Nicolas Baverez, économiste et historien, Julia Cagé, conseillère économique de Benoît Hamon, et le sociologue et chercheur au CNRS Benjamin Lemoine.

Générique
  • Présentation :Élisabeth Quin
  • Pays :France
  • Année :2016
  • Origine :ARTE F
Commentaires (0)