Natan

Natan

mardi 16 août à 22h20 (66 min)

Natan

mardi 16 août à 22h20 (66 min)

Tombé dans l'oubli, Bernard Natan fut pourtant le patron du cinéma français dans l'entre-deux guerres : propriétaire de Pathé, il ouvrit une cinquantaine de salles et produisit une soixantaine de films. Victime d'une cabale antisémite considérée par les historiens comme "une affaire Dreyfus du cinéma", il fut livré par la France aux nazis en 1942, déporté et assassiné à Auschwitz.

Bernard Natan ? Le nom de ce juif roumain né Tannenzapf, immigré à Paris en 1905 et assassiné à Auschwitz en 1943, est tombé dans l'oubli. Il fut pourtant le patron du cinéma français dans l'entre-deux guerres. Propriétaire de Pathé, rebaptisé Pathé-Natan, il bâtit des studios rue Francoeur à Paris - qui abritent aujourd'hui la prestigieuse école de cinéma La Fémis -, ouvrit cinquante salles en France et produisit une soixantaine de films, parmi lesquels ceux de Maurice et Jacques Tourneur, Marcel L'Herbier ou René Clair.

Affaire Dreyfus du cinéma

Alors qu'il fut l'un des seuls entrepreneurs à rebâtir une industrie cinématographique en France après la Première Guerre mondiale, il subit une cabale antisémite considérée aujourd'hui par les historiens comme "une affaire Dreyfus du cinéma", Paris-Match allant jusqu'à exhumer des images d'un film porno dans lequel il aurait tourné dans les années 1910. "Ces rumeurs étaient destinées à le détruire", analyse le spécialiste des premiers temps du septième art Serge Bromberg. La vindicte populaire atteint des sommets lorsque Bernard Natan avoua avoir escroqué Pathé. Condamné et incarcéré en 1938 pour fraude ayant entraîné la faillite de l'entreprise, il fut livré par la France aux nazis en 1942 et déporté à Auschwitz. À travers des archives rares, mais aussi le témoignage émouvant de ses petites-filles et l'éclairage d'historiens, ce documentaire retrace l'extraordinaire et tragique destin d'une des figures les plus marquantes, et pourtant oubliée, du cinéma mondial.

Réalisation:  Paul Duane, David Cairns