L'Inde dans l'objectif (3/4)

Journaux intimes

dimanche 07 août à 17h35 (26 min)

Après la Chine, Emma Tassy scrute les mutations de l'autre géant asiatique, l'Inde, à travers le regard de ses photographes. Troisième volet : journaux intimes. La mondialisation a introduit le "je" dans une société très communautaire, suscitant des travaux de photographes de plus en plus introspectifs.

La mondialisation a introduit le "je" dans une société très communautaire, suscitant des travaux de photographes de plus en plus introspectifs. Le pionnier Pablo Bartholomew a immortalisé sa jeunesse libertaire à travers l'Inde des années 1970 et 1980. Dans son sillage, Atul Loke est devenu le grand témoin de la disparition des chawls, ces vieux immeubles d'habitat collectif du centre de Bombay, en photographiant depuis toujours l'immeuble de son enfance. Cette plongée dans la psyché collective indienne s'intensifie avec Sohrab Hura, auteur d'un journal intime consacré à la schizophrénie de sa mère, un livre qui a fait sensation dans une société où la figure maternelle reste sacrée.

Reflet d'une nation

L'Inde se transforme à pas de géant, sous le coup d'une croissance économique fulgurante. Comme elle l'avait fait en Chine, Emma Tassy interroge les mutations en cours à travers le regard d'une dizaine de photographes reconnus, cherchant dans leurs images et leurs parcours, qu'ils commentent eux-mêmes avec une passionnante acuité, le reflet de cette immense nation, forte de près de 1,4 milliard d'habitants. De celui que l'on considère comme le père de la photographie indienne, Raghu Rai, au travail sur l'intime du jeune Sohrab Hura (tous deux entrés chez Magnum), ces rencontres aux quatre coins du pays tissent une vision inédite, subjective, mais plurielle, impressionniste mais profonde, de la société indienne.

Auteur:  Emma TASSY
Réalisation:  Emma TASSY