Thema

Jack

Cinéma -
93 min
  • Comment (re)voir ce programme Descendre

    • Diffusion :
    • mercredi 7 décembre à 13h35
    • jeudi 1 décembre à 20h55
    • Disponible en direct : oui
    • En ligne du 1 décembre au 8 décembre 2016
    VOD-DVD

    Ce programme n’est pas disponible en vidéo à la demande ou DVD.

    Rappel par e-mail

    heures avant la prochaine diffusion de ce programme.

    ARTE vous garantit que l’adresse e-mail fournie servira uniquement à l'envoi de ce rappel.

Placé en foyer, Jack fugue, récupère son petit frère et cherche fiévreusement leur mère, qui les a abandonnés... Une poignante quête enfantine filmée avec une formidable vitalité.

Malgré son jeune âge, Jack est l'homme de la maison. Charmante mais irresponsable, Sanna, sa jeune mère, lui délègue le soin de s'occuper de son petit frère, de faire les courses, de préparer à manger, etc. Quand un homme s'attarde dans la vie de Sanna, Jack le voit d'un mauvais œil. Un jour, les services sociaux s'en mêlent et Jack se retrouve placé en foyer. Il s'adapte à cette existence rude mais ne vit que dans l'attente de revoir les siens. Quand le grand jour arrive, Sanna lui fait faux bond. Au cours d'une altercation, Jack blesse gravement Danilo, un adolescent agressif qui semble encore plus abandonné que lui. Alors il fugue, revient chez lui et trouve porte close. Il récupère son petit frère, confié à une amie. Puis les deux enfants, en quête de leur mère, errent dans Berlin, dormant dans un garage.

Course folle

Apportant un bémol au modèle économique allemand tant vanté, les deux enfants se noient dans un Berlin impersonnel – rues piétonnes, clubs sinistres, centres commerciaux, parkings… – où leur solitude passe inaperçue. Toujours essoufflé et en mouvement, Jack veut coûte que coûte recoller les morceaux de sa famille qui part en lambeaux. En filmant sa quête fiévreuse d'amour maternel comme une course folle, souvent en plan-séquence et caméra à l'épaule, Edward Berger insuffle une formidable vitalité à son film. En compétition à la Berlinale 2014, Jack, porté par un jeune acteur impressionnant (Ivo Pietzcker), renouvelle avec brio et sans pathos le genre du drame de l'enfance.

Générique
  • Costumes :Esther Walz
  • Décors / Bauten :Christiane Rothe
  • Image :Jens Harant
  • Maquillage :Milena Pfleiderer
  • Montage :Janina Herhoffer
  • Musique :Christoph M. Kaiser, Julian Maas
  • Production :Port-au-Prince Film und Kultur Produktion, cine plus Filmproduktion, mixtvision Film, Neue Bioskop Film, Zero West Filmproduktion, HR, ARTE
  • Producteur/-trice :Jan Krüger, René Römert
  • Réalisation :Edward Berger
  • Chargé(e) de programme :Jörg Himstedt, Georg Steinert
  • Scénario :Edward Berger, Nele Mueller-Stöfen
  • Son :Peter Schmidt
  • Avec : Ivo Pietzcker (Jack)
    Georg Arms (Manuel)
    Luise Heyer (Sanna)
    Nele Mueller-Stöfen (Becki)
    Vincent Redetzki (Jonas)
    Jacob Matschenz (Philipp)
    Anthony Arnold (Danilo)
  • Pays :Allemagne
  • Année :2014
  • Origine :HR
Commentaires (0)

Bonus et extrait

  • En lire plus

    Malgré son jeune âge, Jack est l'homme de la maison. Charmante mais irresponsable, Sanna, sa jeune mère, lui délègue le soin de s'occuper de son petit frère, de faire les courses, de préparer à manger, etc. Quand un homme s'attarde dans la vie de Sanna, Jack le voit d'un mauvais œil. Un jour, les services sociaux s'en mêlent et Jack se retrouve placé en foyer. Il s'adapte à cette existence rude mais ne vit que dans l'attente de revoir les siens. Quand le grand jour arrive, Sanna lui fait faux bond. Au cours d'une altercation, Jack blesse gravement Danilo, un adolescent agressif qui semble encore plus abandonné que lui. Alors il fugue, revient chez lui et trouve porte close. Il récupère son petit frère, confié à une amie. Puis les deux enfants, en quête de leur mère, errent dans Berlin, dormant dans un garage.

    Course folle

    Apportant un bémol au modèle économique allemand tant vanté, les deux enfants se noient dans un Berlin impersonnel – rues piétonnes, clubs sinistres, centres commerciaux, parkings… – où leur solitude passe inaperçue. Toujours essoufflé et en mouvement, Jack veut coûte que coûte recoller les morceaux de sa famille qui part en lambeaux. En filmant sa quête fiévreuse d'amour maternel comme une course folle, souvent en plan-séquence et caméra à l'épaule, Edward Berger insuffle une formidable vitalité à son film. En compétition à la Berlinale 2014, Jack, porté par un jeune acteur impressionnant (Ivo Pietzcker), renouvelle avec brio et sans pathos le genre du drame de l'enfance.

  • Pour aller plus loin
  • Vidéos recommandées
  • Générique
    • Costumes :Esther Walz
    • Décors / Bauten :Christiane Rothe
    • Image :Jens Harant
    • Maquillage :Milena Pfleiderer
    • Montage :Janina Herhoffer
    • Musique :Christoph M. Kaiser, Julian Maas
    • Production :Port-au-Prince Film und Kultur Produktion, cine plus Filmproduktion, mixtvision Film, Neue Bioskop Film, Zero West Filmproduktion, HR, ARTE
    • Producteur/-trice :Jan Krüger, René Römert
    • Réalisation :Edward Berger
    • Chargé(e) de programme :Jörg Himstedt, Georg Steinert
    • Scénario :Edward Berger, Nele Mueller-Stöfen
    • Son :Peter Schmidt
    • Avec : Ivo Pietzcker (Jack)
      Georg Arms (Manuel)
      Luise Heyer (Sanna)
      Nele Mueller-Stöfen (Becki)
      Vincent Redetzki (Jonas)
      Jacob Matschenz (Philipp)
      Anthony Arnold (Danilo)
    • Pays :Allemagne
    • Année :2014
    • Origine :HR
  • Bonus et extrait
  • Commentaires