Il, Elle, Hen

La pédagogie neutre selon la Suède

vendredi 07 février à 23h10 (53 min)

Une immersion auprès des enfants et des éducateurs d'une école maternelle de Stockholm qui applique une pédagogie singulière destinée à neutraliser les stéréotypes de genre.

ARTE garantit que le courriel fourni servira uniquement à l'envoi de cette recommandation.

Copiez le code embed et insérez-le dans votre page. Il s'adapte automatiquement au format choisi. Copier

Rappel par courriel

Envoyez-moi un courriel de rappel heures avant la prochaine diffusion de ce programme.

Pouvez-vous lire ceci ?

ARTE garantit que le courriel fourni servira uniquement à l'envoi de cette recommandation.

Justus a 5 ans, il aime se déguiser en robe pour jouer avec sa sœur. Lou a 2 ans, et il a deux mamans. Ils sont élèves dans les les écoles maternelles Nicolaigården et Egalia, à Stockholm, dirigées par Lotta Rajalin. Des écoles pionnières de la pédagogie neutre, depuis que le gouvernement suédois a demandé en 1998 de promouvoir l'égalité des sexes dès la petite enfance. Pour la première fois, Lotta Rajalin a accepté de nous ouvrir les portes de ces écoles qui suscitent tant de polémiques et de fantasmes.

Pendant une année scolaire, les réalisateurs ont pu filmer des éducateurs, des enfants, des parents, tels qu'ils vivent au quotidien cette expérience pédagogique et humaine unique. De la première réunion où Lotta accueille les nouveaux parents aux scènes de la vie scolaire, les réalisateurs montrent le travail des pédagogues, qui s'attachent à combattre les stéréotypes de genre. Ils évitent de prononcer les mots " garçon " et " fille " et utilisent, en plus de " il " et " elle ", un troisième pronom personnel neutre : " Hen ". Ils mettent à disposition de tous les enfants des jupes de danse, leur proposent toutes les couleurs, tous les jouets, tous les vêtements, sans distinction de sexe.

Ce documentaire montre comment parents et éducateurs doivent faire avec les préjugés et les traditions. Il souligne aussi les charges parfois virulentes, comme cette émission de télévision australienne qui ironise sur ces écoles suédoises ou, pire, ces multiples lettres de menaces qui traitent les éducateurs de "féministes talibans". Il donne enfin la parole aux principaux concernés, les enfants : Justus a 5 ans et quand il sera grand, il veut être pompier.

Justus a 5 ans, il aime se déguiser en robe pour jouer avec sa sœur. Lou a 2 ans, et il a deux mamans. Ils sont élèves dans les les écoles maternelles Nicolaigården et Egalia, à Stockholm, dirigées par Lotta Rajalin. Des écoles pionnières de la pédagogie neutre, depuis que le gouvernement suédois a demandé en 1998 de promouvoir l'égalité des sexes dès la petite enfance. Pour la première fois, Lotta Rajalin a accepté de nous ouvrir les portes de ces écoles qui suscitent tant de polémiques et de fantasmes.

Pendant une année scolaire, les réalisateurs ont pu filmer des éducateurs, des enfants, des parents, tels qu'ils vivent au quotidien cette expérience pédagogique et humaine unique. De la première réunion où Lotta accueille les nouveaux parents aux scènes de la vie scolaire, les réalisateurs montrent le travail des pédagogues, qui s'attachent à combattre les stéréotypes de genre. Ils évitent de prononcer les mots " garçon " et " fille " et utilisent, en plus de " il " et " elle ", un troisième pronom personnel neutre : " Hen ". Ils mettent à disposition de tous les enfants des jupes de danse, leur proposent toutes les couleurs, tous les jouets, tous les vêtements, sans distinction de sexe.

Ce documentaire montre comment parents et éducateurs doivent faire avec les préjugés et les traditions. Il souligne aussi les charges parfois virulentes, comme cette émission de télévision australienne qui ironise sur ces écoles suédoises ou, pire, ces multiples lettres de menaces qui traitent les éducateurs de "féministes talibans". Il donne enfin la parole aux principaux concernés, les enfants : Justus a 5 ans et quand il sera grand, il veut être pompier.

Réalisation: Richard Puech, Chantal Simon