Les derniers refuges (4/5)

Les derniers refuges (4/5)

jeudi 16 janvier à 19h00 (44 min)

Les derniers refuges (4/5)

Chimpanzés en Côte d'Ivoire

jeudi 16 janvier à 19h00 (44 min)

Rediffusion jeudi 23.01 à 7h45
Rediffusion jeudi 30.01 à 18h15

ARTE garantit que le courriel fourni servira uniquement à l'envoi de cette recommandation.

Copiez le code embed et insérez-le dans votre page. Il s'adapte automatiquement au format choisi. Copier

Rappel par courriel

Envoyez-moi un courriel de rappel heures avant la prochaine diffusion de ce programme.

Pouvez-vous lire ceci ?

ARTE garantit que le courriel fourni servira uniquement à l'envoi de cette recommandation.

Au cours des vingt dernières années, la chasse et la destruction des forêts ont fait chuter de 90 % la population des chimpanzés en Côte d’Ivoire, tombée à quelque 1 500 individus. Le parc national de Taï, dans le sud-ouest du pays, est la dernière grande forêt tropicale primaire d’Afrique de l’Ouest, inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco. Tobias Deschner, spécialiste des chimpanzés à l’institut Max-Planck de Leipzig, y suit depuis quinze ans trois groupes de primates, au total une centaine d’individus. Plus on en sait sur leur comportement social, leurs habitudes alimentaires et leurs structures familiales, mieux on peut les protéger. Sa collègue, l’éthologue Emmanuelle Normand, enseigne la protection de la nature dans des écoles et cherche à dissuader les populations de braconner – la chair de chimpanzé constituant un mets prisé dans la région.

Au cours des vingt dernières années, la chasse et la destruction des forêts ont fait chuter de 90 % la population des chimpanzés en Côte d’Ivoire, tombée à quelque 1 500 individus. Le parc national de Taï, dans le sud-ouest du pays, est la dernière grande forêt tropicale primaire d’Afrique de l’Ouest, inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco. Tobias Deschner, spécialiste des chimpanzés à l’institut Max-Planck de Leipzig, y suit depuis quinze ans trois groupes de primates, au total une centaine d’individus. Plus on en sait sur leur comportement social, leurs habitudes alimentaires et leurs structures familiales, mieux on peut les protéger. Sa collègue, l’éthologue Emmanuelle Normand, enseigne la protection de la nature dans des écoles et cherche à dissuader les populations de braconner – la chair de chimpanzé constituant un mets prisé dans la région.

Réalisation: Marcus Fischötter