Cités englouties

Cités englouties

samedi 11 mai à 20h45 (53 min)

Cités englouties

Thônis - Héracléion en Egypte

samedi 11 mai à 20h45 (53 min)

Rediffusion mercredi 22.05 à 16h15
Rediffusion dimanche 26.05 à 15h25

Quand la Thônis des Égyptiens et l'Héracléion des Grecs, plus importante cité portuaire de l'Égypte ancienne avant la création d'Alexandrie (331 avant J.-C.), surgit des flots.

ARTE garantit que le courriel fourni servira uniquement à l'envoi de cette recommandation.

Copiez le code embed et insérez-le dans votre page. Il s'adapte automatiquement au format choisi. Copier

Rappel par courriel

Envoyez-moi un courriel de rappel heures avant la prochaine diffusion de ce programme.

Pouvez-vous lire ceci ?

ARTE garantit que le courriel fourni servira uniquement à l'envoi de cette recommandation.

Dans la baie d’Aboukir, à 6,5 kilomètres des côtes actuelles, la cité de Thônis-Heracléion est sortie de l’oubli grâce à l'équipe franco-égyptienne de l'archéologue sous-marin français Frank Goddio. Il n’en existait  jusqu’alors que quelques mentions épigraphiques dans des textes grecs. Dégagé du sable et de la vase à l’issue d’une myriade de plongées, l'imposant temple d’Amon du Gereb s‘est enfin révélé dans toute sa splendeur. Plus tard ont été mises au jour trois statues colossales, dont celle d’Hâpy, le dieu du Nil, ainsi qu’une stèle en granit noir de 1,6 tonnes et 2 mètres carré. Celle-ci portait un édit du pharaon Nectanebo Ier (378-362 avant J.C.) imposant une taxe à tous les marchands grecs mouillant dans ce port qui connaissait alors une activité intense, comme en témoignent les 700 ancres et les 16 épaves mises au jour lors des fouilles. Il avait été difficile de localiser cette cité, car le delta du Nil et le tracé du littoral ont forcément beaucoup bougé au cours des siècles. Il semblerait que la florissante Thônis ait été engloutie et rayée de la carte au VIIe siècle suite à un tremblement de terre et un raz-de-marée. Elle renaît ce soir grâce à de fascinantes prises de vue sous-marines qui illustrent la quête inlassable de Franck Goddio.

Dans la baie d’Aboukir, à 6,5 kilomètres des côtes actuelles, la cité de Thônis-Heracléion est sortie de l’oubli grâce à l'équipe franco-égyptienne de l'archéologue sous-marin français Frank Goddio. Il n’en existait  jusqu’alors que quelques mentions épigraphiques dans des textes grecs. Dégagé du sable et de la vase à l’issue d’une myriade de plongées, l'imposant temple d’Amon du Gereb s‘est enfin révélé dans toute sa splendeur. Plus tard ont été mises au jour trois statues colossales, dont celle d’Hâpy, le dieu du Nil, ainsi qu’une stèle en granit noir de 1,6 tonnes et 2 mètres carré. Celle-ci portait un édit du pharaon Nectanebo Ier (378-362 avant J.C.) imposant une taxe à tous les marchands grecs mouillant dans ce port qui connaissait alors une activité intense, comme en témoignent les 700 ancres et les 16 épaves mises au jour lors des fouilles. Il avait été difficile de localiser cette cité, car le delta du Nil et le tracé du littoral ont forcément beaucoup bougé au cours des siècles. Il semblerait que la florissante Thônis ait été engloutie et rayée de la carte au VIIe siècle suite à un tremblement de terre et un raz-de-marée. Elle renaît ce soir grâce à de fascinantes prises de vue sous-marines qui illustrent la quête inlassable de Franck Goddio.

Réalisation: Jan Tenhaven