Agnès de ci de là Varda (2/5)

Agnès de ci de là Varda (2/5)

mercredi 22 mai à 4h05 (46 min)

Agnès de ci de là Varda (2/5)

mercredi 22 mai à 4h05 (46 min)

Partout où elle va, Agnès Varda, pointe sa caméra sur ceux qu'elle rencontre, artistes célèbres ou artisans du quotidien, composant ainsi une oeuvre à son image. Des chroniques filmées à suivre du lundi au vendredi. (2) Avec le plasticien majorquin Miguel Barceló, le vidéaste Harari et l'artiste Hans Ulrich Obrist.

ARTE garantit que le courriel fourni servira uniquement à l'envoi de cette recommandation.

Copiez le code embed et insérez-le dans votre page. Il s'adapte automatiquement au format choisi. Copier

Rappel par courriel

Envoyez-moi un courriel de rappel heures avant la prochaine diffusion de ce programme.

Pouvez-vous lire ceci ?

ARTE garantit que le courriel fourni servira uniquement à l'envoi de cette recommandation.

L'artiste majorquin Miguel Barceló montre à Agnès Varda les outils qu'il élabore lui-même pour peindre des gorilles, des animaux marins ou des tomates écarlates. La cinéaste se rend aussi à Bruxelles, à l'inauguration du musée Magritte. Pour l'occasion, Harari a conçu une vidéo qui permet de faire défiler sur les murs de la ville les pipes, chapeaux et autres parapluies immortalisés par le peintre. La réalisatrice rend visite à un ami fidèle et charmeur, le créateur multiforme Hans Ulrich Obrist, qui l'avait incitée à se déguiser en artiste contemporaine grâce à un costume de patate en 2003, lors de la Biennale de Venise. La rencontre avec Christina, une journaliste, est l'occasion d'inverser les rôles : Agnès assaille de questions cette jeune femme qui a réalisé un film sur l'importance des cheveux, la perte graduelle des siens et ses conséquences.

L'artiste majorquin Miguel Barceló montre à Agnès Varda les outils qu'il élabore lui-même pour peindre des gorilles, des animaux marins ou des tomates écarlates. La cinéaste se rend aussi à Bruxelles, à l'inauguration du musée Magritte. Pour l'occasion, Harari a conçu une vidéo qui permet de faire défiler sur les murs de la ville les pipes, chapeaux et autres parapluies immortalisés par le peintre. La réalisatrice rend visite à un ami fidèle et charmeur, le créateur multiforme Hans Ulrich Obrist, qui l'avait incitée à se déguiser en artiste contemporaine grâce à un costume de patate en 2003, lors de la Biennale de Venise. La rencontre avec Christina, une journaliste, est l'occasion d'inverser les rôles : Agnès assaille de questions cette jeune femme qui a réalisé un film sur l'importance des cheveux, la perte graduelle des siens et ses conséquences.

Réalisation: Agnès Varda