Tarachime

Naissance et maternité

Actu & société -
39 min - 44 vues
  • Comment (re)voir ce programme Descendre

    • Diffusion :
    • mardi 4 avril à 01h30
    • Disponible en direct : oui
    • En ligne du 3 avril au 11 avril 2017
    VOD-DVD

    Ce programme n’est pas disponible en vidéo à la demande ou DVD.

    Rappel par e-mail

    heures avant la prochaine diffusion de ce programme.

    ARTE vous garantit que l’adresse e-mail fournie servira uniquement à l'envoi de ce rappel.

Devenue mère, Naomi Kawase regarde vivre son fils nouveau-né et sa grand-mère nonagénaire. Un délicat chapitre des "carnets intimes" de la réalisatrice, qui interroge le monde à travers son propre destin.

Le 24 avril 2004 naissait Mitsouki, le premier fils de Naomi Kawase, dans la maison de bois traditionnelle où vit et travaille la réalisatrice, à Nara, l'ancienne capitale impériale du Japon. L'accouchement s'est déroulé comme autrefois, sur un tatami, avec la seule assistance d'une sage-femme. Quand le cordon ombilical a été coupé, Naomi Kawase a pris la caméra et enregistré ce moment symbolique. Puis, au jour le jour, elle a filmé son premier-né et sa grand-mère, 90 ans, qui l'a élevée dans la maison de Nara. Les graines plantées dans le jardin pour honorer la naissance de Mitsouki ont fleuri. Chaque matin, dans les gestes rituels qui font son quotidien, la grand-mère remercie le soleil qui se lève derrière la montagne et salue l'immuable sagesse de la nature... Une tendre intimité, au plus près des corps et des émotions, se dégage des séquences liant l'enfant, la vieille femme et la jeune mère, qui poursuit sa réflexion sur le cycle des existences humaines.

La focale de l'intime

Née en 1969, diplômée de l'École de photographie d'Osaka, Naomi Kawase a d'abord tourné des courts métrages expérimentaux. Après plusieurs documentaires axés sur sa famille adoptive (ses grands-parents qui l'ont élevée) et sa propre quête d'identité, elle tourne un premier long métrage de fiction, Suzaku, drame familial sur fond de crise économique (Caméra d'or, Cannes 1997). Suivront Les lucioles (2000), Prix de la critique à Locarno, et Shara (2003). Parallèlement, Naomi Kawase revient au documentaire avec Dans le silence du monde (2001), interrogation sur l'univers et l'existence à travers son propre destin. En 2007, son film La forêt de Mogari remporte le Grand prix du Festival de Cannes. Parmi ses "carnets intimes" documentaires, ARTE a déjà coproduit et diffusé dans "La lucarne" Dans ses bras (1992) et La danse des souvenirs (2002).

Générique
  • Réalisation :Naomi Kawase
  • Pays :Japon
  • Année :2005
  • Origine :ARTE F
Commentaires (0)