La Dentellière

mercredi 10 juillet à 22h35 (102 min)

Rediffusion lundi 29.07 à 13h35

Une jeune coiffeuse timide s'éprend d'un étudiant parisien... D'après le roman de Pascal Lainé, Prix Goncourt 1974, un film délicat et sensible qui renouvelle le thème de l'amour impossible. Le premier grand rôle d'Isabelle Huppert.

ARTE garantit que le courriel fourni servira uniquement à l'envoi de cette recommandation.

Copiez le code embed et insérez-le dans votre page. Il s'adapte automatiquement au format choisi. Copier

Rappel par courriel

Envoyez-moi un courriel de rappel heures avant la prochaine diffusion de ce programme.

Pouvez-vous lire ceci ?

ARTE garantit que le courriel fourni servira uniquement à l'envoi de cette recommandation.

Pomme, timide jeune fille de 19 ans, travaille dans un salon de coiffure parisien et mène une vie sage entre son travail et l'appartement où elle vit avec sa mère. Partie en vacances à Cabourg avec la plus délurée de ses collègues, qui l’abandonne bientôt à elle-même, elle y fait la connaissance de François, un étudiant tout aussi timide qu'elle…

Lutte des classes

La dentellière possède toutes les qualités du cinéma de Claude Goretta, l’un des meilleurs représentants du nouveau cinéma suisse des années 1960 et 1970 avec Alain Tanner : précision de la mise en scène, sensualité, conscience politique. La timide Pomme s’éveille aux plaisirs des sens grâce à un premier amour, François. Le couple décide de vivre ensemble. Mais Pomme est une petite shampooineuse sans éducation, tandis que François est un étudiant issu de la bourgeoisie intellectuelle. Ils ne sont pas du même monde, il la laisse tomber lâchement. Elle accepte passivement la rupture mais ne s’en remettra pas. Sous sa douceur apparente, La dentellière est une œuvre violente qui transpose la lutte des classes sur le terrain des sentiments amoureux et démontre ici comme ailleurs son caractère irréconciliable. Le constat n’est en que plus cruel. Il s’agit du premier rôle principal d’Isabelle Huppert et l’actrice se livre à une interprétation absolument géniale, toujours aussi impressionnante au regard des nombreux autres rôles et performances marquantes qui ont depuis jalonné sa riche carrière. Quelques années plus tard c’est elle qui interprétera une bourgeoise vivant une passion sans avenir avec un jeune prolétaire un peu voyou (Gérard Depardieu) dans Loulou de Maurice Pialat. Un autre grand film. (Olivier Père, directeur du cinéma d'ARTE France).

Pomme, timide jeune fille de 19 ans, travaille dans un salon de coiffure parisien et mène une vie sage entre son travail et l'appartement où elle vit avec sa mère. Partie en vacances à Cabourg avec la plus délurée de ses collègues, qui l’abandonne bientôt à elle-même, elle y fait la connaissance de François, un étudiant tout aussi timide qu'elle…

Lutte des classes

La dentellière possède toutes les qualités du cinéma de Claude Goretta, l’un des meilleurs représentants du nouveau cinéma suisse des années 1960 et 1970 avec Alain Tanner : précision de la mise en scène, sensualité, conscience politique. La timide Pomme s’éveille aux plaisirs des sens grâce à un premier amour, François. Le couple décide de vivre ensemble. Mais Pomme est une petite shampooineuse sans éducation, tandis que François est un étudiant issu de la bourgeoisie intellectuelle. Ils ne sont pas du même monde, il la laisse tomber lâchement. Elle accepte passivement la rupture mais ne s’en remettra pas. Sous sa douceur apparente, La dentellière est une œuvre violente qui transpose la lutte des classes sur le terrain des sentiments amoureux et démontre ici comme ailleurs son caractère irréconciliable. Le constat n’est en que plus cruel. Il s’agit du premier rôle principal d’Isabelle Huppert et l’actrice se livre à une interprétation absolument géniale, toujours aussi impressionnante au regard des nombreux autres rôles et performances marquantes qui ont depuis jalonné sa riche carrière. Quelques années plus tard c’est elle qui interprétera une bourgeoise vivant une passion sans avenir avec un jeune prolétaire un peu voyou (Gérard Depardieu) dans Loulou de Maurice Pialat. Un autre grand film. (Olivier Père, directeur du cinéma d'ARTE France).

Réalisation: Claude Goretta
Image: Jean Boffety
Montage: Joële Van Effenterre
Musique: Pierre Jansen
Producteur: Yves Gasser
Avec :
Monique Chaumette
Jean Obe
Isabelle Huppert
Yves Beneyton
Florence Giorgetti
Annemarie Düringer
Renate Schroeter
Michel de Ré
Sabine Azéma
Christian Baltauss