Rebecca

Cinéma -
126 min - 21259 vues
  • Comment (re)voir ce programme Descendre

    • Diffusion :
    • dimanche 26 février à 20h45
    • Disponible en direct : non
    • Disponible en ligne : non
    VOD-DVD

    Ce programme n’est pas disponible en vidéo à la demande ou DVD.

    Rappel par e-mail

    heures avant la prochaine diffusion de ce programme.

    ARTE vous garantit que l’adresse e-mail fournie servira uniquement à l'envoi de ce rappel.

Un lord anglais s'installe avec sa nouvelle compagne dans un château hanté par le souvenir de sa première femme, morte mystérieusement... Un suspense insoutenable, une atmosphère oppressante et gothique, pour un film qui valut à Hitchcock son premier Oscar. Avec Laurence Olivier, Joan Fontaine et George Sanders.

Une jeune orpheline timide s'éprend à Monte-Carlo d'un riche et beau lord anglais, Maxime de Winter, qui a perdu sa femme, Rebecca, dans des circonstances mystérieuses. Après s’être marié, le couple s’installe au château de Manderley, où tout le personnel, régenté par l’intendante Mrs. Danvers, vit dans le souvenir de la première épouse. Terrorisée par la gouvernante, la jeune Mrs. de Winter se laisse peu à peu écraser par le fantôme de Rebecca.

La maison hantée

Premier film américain d’Hitchcock produit par Selznick et adaptation du célèbre roman de Daphné Du Maurier, Rebecca est, selon le cinéaste, “entièrement anglais”. Dans un décor aussi gothique que celui des paysages de Cornouailles, l'intrigue plonge dans une atmosphère inquiétante où s’affrontent un passé mystérieux et un présent plein d’innocence et de fragilité. L’angoisse est accentuée par le lieu de l’action, une maison isolée au milieu d’une nature sauvage, dont Hitchcock utilise tous les éléments symboliques : eau, orage, feu… "D’une certaine manière, Rebecca est l’histoire d’une maison. Elle est un des trois personnages du film", expliquait ce diable de Hitch. Sa taille imposante réduit les habitants à la taille d’insectes, ses longs couloirs et ses multiples pièces évoquent les dédales tortueux de l’esprit humain. L’ingénue (interprétée par Joan Fontaine, remarquable de fragilité et engagée ensuite pour Soupçons), le lord (un Laurence Olivier guindé, comme paralysé) et la gouvernante (personnage sadique inoubliable qui annonce celui de la domestique retorse des Amants du Capricorne) sont comme ensorcelés. Grâce à de savants effets, à des décors somptueux, à de lents et envoûtants mouvements de caméra, Hitchcock crée un suspense psychologique efficace et raffiné, qui tient le spectateur en haleine jusqu’au dénouement.

Générique
  • Auteur :Daphne du Maurier
  • Image :George Barnes
  • Montage :W. Donn Hayes
  • Musique :Franz Waxman
  • Production :Selznick International Pictures
  • Producteur/-trice :David O. Selznick
  • Réalisation :Alfred Hitchcock
  • Scénario :Joan Harrison, Robert E. Sherwood
  • Avec : Joan Fontaine
    Laurence Olivier
    George Sanders
    Judith Anderson
    Reginald Denny
    Florence Bates
    Nigel Bruce
    C. Aubrey Smith
    Leo G. Carroll
  • Pays :Etats-Unis
  • Année :1940
  • Origine :ARTE F
Commentaires (0)