Le samouraï

Le samouraï

lundi 30 septembre à 20h50 (101 min)

Le samouraï

lundi 30 septembre à 20h50 (101 min)

Rediffusion mercredi 02.10 à 13h35
Rediffusion vendredi 11.10 à 13h35
Rediffusion mardi 22.10 à 13h40

Un tueur à gages tente d'échapper à la fois au 'milieu' et à la police... Un des films les plus exemplaires du cycle policier de Melville qui renouvelle le genre de sa touche dépouillée, désabusée et glaciale. Avec Alain Delon, fascinant.

ARTE garantit que le courriel fourni servira uniquement à l'envoi de cette recommandation.

Copiez le code embed et insérez-le dans votre page. Il s'adapte automatiquement au format choisi. Copier

Rappel par courriel

Envoyez-moi un courriel de rappel heures avant la prochaine diffusion de ce programme.

Pouvez-vous lire ceci ?

ARTE garantit que le courriel fourni servira uniquement à l'envoi de cette recommandation.

Jeff Costello, un tueur à gages, est engagé pour exécuter le patron d’une boîte de nuit. Alors qu’il remplit son contrat, Valérie, la pianiste de l’établissement, le surprend. Malgré l’alibi qu’il s’est forgé avec la complicité de Jeanne, sa maîtresse, Jeff est suspecté par le commissaire. Quant à l’instigateur du meurtre, il aimerait bien se débarrasser de ce tueur qui en sait trop. Lors du versement de la prime, sur une passerelle, deux hommes tentent d’abattre Jeff…

Delon en large

Le samouraï est une étape décisive vers l’abstraction glacée qui caractérise la dernière partie de la filmographie de Jean-Pierre Melville. La rencontre entre le cinéaste et Alain Delon, tueur à gages à la tristesse minérale, donne naissance à une œuvre désincarnée, une épure de film noir. Le minimalisme de l’action s’accompagne d’une stylisation extrême des costumes (l’imperméable et le chapeau de Delon) et surtout des décors (des rêves de commissariat et de night-club). Les deux titres suivants avec Delon, Le cercle rouge et Un flic (ultime film de Melville et ultime poème à la gloire de l’acteur) poursuivront cette approche fantasmatique du cinéma et des stars masculines. Car ces trois films sont aussi un écrin amoureux pour l’icône Delon, silhouette frigide et opaque obsédée par la mort.

Jeff Costello, un tueur à gages, est engagé pour exécuter le patron d’une boîte de nuit. Alors qu’il remplit son contrat, Valérie, la pianiste de l’établissement, le surprend. Malgré l’alibi qu’il s’est forgé avec la complicité de Jeanne, sa maîtresse, Jeff est suspecté par le commissaire. Quant à l’instigateur du meurtre, il aimerait bien se débarrasser de ce tueur qui en sait trop. Lors du versement de la prime, sur une passerelle, deux hommes tentent d’abattre Jeff…

Delon en large

Le samouraï est une étape décisive vers l’abstraction glacée qui caractérise la dernière partie de la filmographie de Jean-Pierre Melville. La rencontre entre le cinéaste et Alain Delon, tueur à gages à la tristesse minérale, donne naissance à une œuvre désincarnée, une épure de film noir. Le minimalisme de l’action s’accompagne d’une stylisation extrême des costumes (l’imperméable et le chapeau de Delon) et surtout des décors (des rêves de commissariat et de night-club). Les deux titres suivants avec Delon, Le cercle rouge et Un flic (ultime film de Melville et ultime poème à la gloire de l’acteur) poursuivront cette approche fantasmatique du cinéma et des stars masculines. Car ces trois films sont aussi un écrin amoureux pour l’icône Delon, silhouette frigide et opaque obsédée par la mort.

Image: Henri Decaë
Montage: Monique Bonnot, Yolande Maurette
Scénariste: Georges Pellegrin, Jean-Pierre Melville
Musique: François de Roubaix
Producteur: Raymond Borderie, Eugène Lépicier
Réalisation: Jean-Pierre Melville
Production: Filmel, Compagnie Industrielle et Commerciale Cinématographique, Fida Cinematografica, TC Productions
Avec :
Alain Delon
Nathalie Delon
François Périer
Cathy Rosier
Jacques Leroy
Michel Boisrond
Jean Pierre Posier
Catherine Jourdan
Robert Favart