Shoah (2/2)

mercredi 13 novembre à 1h15 (225 min)

Rediffusion mercredi 13.11 à 5h00

Second volet de l'oeuvre monumentale de Claude Lanzmann. Le cinéaste a retrouvé des rescapés juifs des camps d'extermination. Il a traqué les nazis qui se cachaient et réussi à les filmer clandestinement. Il est retourné sur les lieux pour interroger les témoins polonais.

ARTE garantit que le courriel fourni servira uniquement à l'envoi de cette recommandation.

Copiez le code embed et insérez-le dans votre page. Il s'adapte automatiquement au format choisi. Copier

Rappel par courriel

Envoyez-moi un courriel de rappel heures avant la prochaine diffusion de ce programme.

Pouvez-vous lire ceci ?

ARTE garantit que le courriel fourni servira uniquement à l'envoi de cette recommandation.

Deuxième époque

Cette deuxième partie s'ouvre sur un chant fredonné par Franz Suchomel, un ancien SS débusqué chez lui par Claude Lanzmann et filmé à son insu. Il s'agit du chant que devaient apprendre, dès leur arrivée à Treblinka, les nouveaux groupes de "juifs au travail" : "Le pas ferme, regard sur le monde, droit et loin, toujours braves et joyeux, les commandos marchent au travail. Pour nous il n'y a plus aujourd'hui que Treblinka, qui est notre destin..." En réponse aux questions précises de Claude Lanzmann, l'ancien SS explique ensuite, carte du camp à l'appui, comment il était possible de "traiter" – liquider – 18 000 personnes par jour à Treblinka…

Une oeuvre d'art

Rythmé par le fracas des trains qui roulent vers les camps, le film monumental de Claude Lanzmann sonde l'horreur, donne à entendre l'indicible et transmet l'innommable avec une sobriété de moyens et une rigueur de ton exemplaires. Faisant remonter à la surface la mémoire des survivants juifs (notamment des membres des Sonderkommandos), déjouant les ruses et les esquives des témoins polonais et des bourreaux, Shoah est une œuvre d'art sans précédent sur la "solution finale".

Deuxième époque

Cette deuxième partie s'ouvre sur un chant fredonné par Franz Suchomel, un ancien SS débusqué chez lui par Claude Lanzmann et filmé à son insu. Il s'agit du chant que devaient apprendre, dès leur arrivée à Treblinka, les nouveaux groupes de "juifs au travail" : "Le pas ferme, regard sur le monde, droit et loin, toujours braves et joyeux, les commandos marchent au travail. Pour nous il n'y a plus aujourd'hui que Treblinka, qui est notre destin..." En réponse aux questions précises de Claude Lanzmann, l'ancien SS explique ensuite, carte du camp à l'appui, comment il était possible de "traiter" – liquider – 18 000 personnes par jour à Treblinka…

Une oeuvre d'art

Rythmé par le fracas des trains qui roulent vers les camps, le film monumental de Claude Lanzmann sonde l'horreur, donne à entendre l'indicible et transmet l'innommable avec une sobriété de moyens et une rigueur de ton exemplaires. Faisant remonter à la surface la mémoire des survivants juifs (notamment des membres des Sonderkommandos), déjouant les ruses et les esquives des témoins polonais et des bourreaux, Shoah est une œuvre d'art sans précédent sur la "solution finale".

Réalisation: Claude Lanzmann