Mon fils

97 Min. - 349 vues
  • Comment (re)voir ce programme Descendre

    • Diffusion :
    • mercredi 2 août à 20h55
    • Disponible en direct : oui
    • En ligne du 2 août au 9 août 2017
    VOD-DVD

    Ce programme n’est pas disponible en vidéo à la demande ou DVD.

    Rappel par e-mail

    heures avant la prochaine diffusion de ce programme.

    ARTE vous garantit que l’adresse e-mail fournie servira uniquement à l'envoi de ce rappel.

Le parcours initiatique d'un jeune Arabe israélien à Jérusalem... Eran Riklis ("Les citronniers") dépeint les déchirements de son pays et signe une réflexion vertigineuse sur l'identité et l'ostracisme. Avec Tawfeek Barhom (vu récemment dans "Le chanteur de Gaza") et Yaël Abecassis ("Hatufim").

Élève surdoué, Eyad a grandi dans un village palestinien en Israël dont les habitants, citoyens de seconde zone de l'État juif, n'éprouvent à l'égard de ce dernier aucune loyauté. Mais ses parents, conscients qu'il s'agit pour lui d'une chance rarissime, ne le poussent pas moins à partir lorsqu'il est accepté comme interne dans le plus prestigieux lycée de Jérusalem. Seul Arabe de l'établissement, en butte à un racisme plus ou moins déguisé, Eyad survit grâce à l'amitié qu'il noue avec un autre réprouvé : atteint d'une maladie dégénérative incurable et privé de l'usage de ses jambes, Yonatan vit avec sa mère avocate, Edna, qui accueille à bras ouverts le premier ami invité par son fils…

Ambiguïtés

Comme toujours, c'est par le prisme complexe de l'individu qu'Eran Riklis ("Les citronniers", "La fiancée syrienne") dépeint les déchirements de son pays et l'interminable guerre qui le ronge. En partie autobiographique, le scénario de "Mon fils" est l'œuvre de Sayed Kashua, journaliste et écrivain arabe israélien, qui a décidé, l'année même de la production du film, de quitter Israël avec sa famille pour émigrer aux États-Unis. Partagé entre l'amertume et la tendresse, la noirceur et l'humanisme, le film parvient finement à faire ressentir les ambiguïtés, racisme ordinaire ou préjugés inconscients, d'une société dont 20 % des citoyens sont arabes, mais aussi les vacillements de l'identité auxquels sont confrontés ces derniers. La qualité de l'interprétation, notamment celle de Tawfeek Barhom (vu plus récemment dans "Le chanteur de Gaza") et de Yaël Abecassis, transmue ce que la démonstration pourrait avoir de pesant en une émotion de plus en plus puissante.

Générique
  • Auteur :Sayed Kashua
  • Image :Michael Wiesweg
  • Montage :Richard Marizy
  • Musique :Yonatan Riklis
  • Production :United Channel Movies, Riva Filmproduktion, Heimatfilm, MACT Productions, Alma Film Produktion, ZDF/ARTE
  • Producteur/-trice :Chilik Michaeli, Michael Eckelt, Antoine de Clermont-Tonnerre, Avraham Pirchi, Tami Leon, Bettina Brokemper
  • Réalisation :Eran Riklis
  • Scénario :Sayed Kashua
  • Avec : Tawfeek Barhom
    Razi Gabareen
    Yaël Abecassis
    Michael Moshonov
    Ali Suliman
    Danielle Kitzis
    Marlene Bajali
    Laëtitia Eïdo
  • Pays :Allemagne, France, Israël
  • Année :2014
  • Origine :ZDF
Commentaires (0)