Taille du texte: + -
Accueil > Monde > ARTE Journal

ARTE Journal

Le journal de l'actualité européenne

> La Syrie, terre de dangers pour les journalistes > Soazig Dollet : "Il y a une recrudescence des exactions à l’encontre des journalistes"

ARTE Journal - 13/10/13

Soazig Dollet : "Il y a une recrudescence des exactions à l’encontre des journalistes"

Dans quelles conditions travaillent les journalistes en Syrie ? Combien sont détenus ? Comment agit RSF ? Soazig Dollet, responsable Proche-Orient à Reporters sans frontières répond aux questions d’ARTE Journal.

ARTE Journal : combien de journalistes manquent à l’appel en Syrie ?

Soazig Dollet : Quinze journalistes étrangers sont aujourd’hui retenus en otage, détenus ou disparus. Pour les journalistes syriens, nous décomptons plus d’une douzaine de journalistes kidnappés et pratiquement plus d’une soixantaine de citoyens-journalistes syriens kidnappés, détenus ou disparus.

Quelles sont les conditions de travail des journalistes en Syrie ?

Soazig Dollet : Soit les journalistes rentrent avec un visa en Syrie, c’est-à-dire qu’ils ont accès au territoire contrôlé par l’armée régulière et donc le régime de Bachar el-Assad. Récemment un grand nombre de visas a été octroyé aux journalistes étrangers pour venir couvrir les événements, notamment suite à l’annonce à un moment imminent d’attaques à l’arme chimique. Je crois que c’est une volonté délibérée de la part des autorités de permettre à des témoins d’accéder à son territoire, justement pour prendre au piège quelque part la communauté internationale là-dessus.
De l’autre côté, les journalistes qui rentrent illégalement en Syrie subissent de plus en plus de menaces d’enlèvement de la part de groupes djihadistes armés qui tentent de contrôler les zones dites libérées dans le nord du pays depuis les six derniers mois.
En ce qui concerne les Syriens, on continue à recenser des journalistes et des journalistes –citoyens arrêtés par le régime dans des zones contrôlées par le régime mais qui sont également la cible de menaces et d’enlèvements des groupes djihadistes armés.

Quelle est la motivation de ces enlèvements ?

Soazig Dollet : Les motivations de ces groupes islamistes armés varient et ne sont pas toujours clairement identifiées. Cela peut être à la fois des enlèvements crapuleux pour de l’argent mais également pour certains motifs religieux, dans le cas de certains journalistes syriens.
Les journalistes courent des risques différents. Il ne faut pas oublier que par exemple à Alep, le journaliste allemand qui avait été arrêté par des forces gouvernementales dont le parti contrôlait Alep en mai dernier vient d’être libéré le 5 octobre et qu’il était détenu dans une prison du régime. Que ce soit dans les zones contrôlées par le régime ou que ce soit dans les zones dites libérées, les dangers existent mais ne sont juste pas les mêmes et pas de la même nature.
On constate une réelle recrudescence des exactions et des menaces à l’encontre des journalistes, qu’ils soient syriens ou étrangers dans les zones dites libérées, notamment quand ce sont des groupes djihadistes armés qui tentent de prendre le contrôle de ces zones.

En quoi consiste l’action de RSF et que peuvent faire les Etats qui ont à déplorer des otages ?

Soazig Dollet : RSF documente au quotidien les exactions commises en Syrie par les différentes parties du conflit, c’est une grande part de notre travail. Nous menons une grosse partie de plaidoyer auprès des autorités syriennes et de la communauté internationale. Enfin, nous sommes en contact très régulier avec différentes instances pour connaître les demandes des ravisseurs quand il y a un kidnapping.
Il est important que l’ensemble de la communauté internationale se mobilise afin que ce conflit cesse, que les atteintes à la population civile cessent. Les journalistes et les journalistes-citoyens sont des acteurs importants mais nous savons très bien que ces atteintes contre les vecteurs de l’information sont révélatrices d’exactions commises contre l’ensemble de la population civile aujourd’hui en Syrie. Donc il est très important que la communauté internationale se mobilise et mette un terme rapidement à ce conflit qui a fait déjà plus de 100 000 morts au cours des deux dernières années et demie.

Propos recueillis par Frank Dürr

Edité le : 09-10-13
Dernière mise à jour le : 13-10-13