Taille du texte: + -
Accueil > Monde > ARTE Journal

ARTE Journal

Le journal de l'actualité européenne

> > Le nouveau plan de la BCE

ARTE Journal - 07/09/12

Sauver l'euro : Le nouveau plan de la BCE

Mario Draghi, le gardien de la Banque centrale européenne (BCE) avait promis de faire « tout ce qu’il faudra pour sauver l’euro », « Super Mario » est passé à l’action jeudi après-midi.

A l’issue du conseil des gouverneurs de la BCE Mario Draghi a annoncé que désormais, la BCE allait intervenir directement sur le marché de la dette des Etats. "La Banque centrale européenne a décidé de lancer un nouveau programme de rachat d'obligations dans le but de faire baisser les coûts de financement des Etats de la zone euro en difficulté", a t-il précisé. Ce programme remplace le plan lancé en mai 2010 et qui totalise des rachats de 209 milliards d’euros. Baptisé « Outright monetary transactions » (OMT), le nouveau plan a pour mission de soulager les pays les plus fragiles comme l’Espagne ou l’Italie. Ces obligations seront rachetées sur le marché secondaire, c’est-à-dire là où s'échange la dette déjà émise par les Etats, histoire de préserver la transmission de la politique monétaire dans tous les pays de la zone euro.

Des conditions strictes en contrepartie
Seuls les Etats qui auront fait appel à l'aide des fonds de secours européens, le FESF, provisoire, et le MES (mécanisme européen de stabilité), son futur successeur y auront accès. Les pays qui veulent bénéficier de ce programme devront auparavant réaliser des efforts d’assainissement de leurs comptes publics. Autre condition, l’âge des obligations : la mise en œuvre de l’OMT se fera pour des obligations souveraines de maturité allant de 1 à 3 ans. En revanche, aucune « limite quantitative » ne sera fixée au nouveau plan de rachat de dette.
Ces mesures ont également pour but d’apaiser les craintes souvent infondées des investisseurs.

L’Allemagne s’oppose à Draghi
Ce plan de rachat de la dette a été voté à la quasi-unanimité, excepté une voix, celle de Jens Weidmann, le patron de la puissante Bundesbank, la banque centrale allemande. Par le passé, l’Allemagne critiquait déjà ces programmes de rachat d’obligations. Sous Jean-Claude Trichet, le sujet avait même conduit à la démission d’Axel Weber, le prédécesseur de Jens Weidmann.

Les marchés reprennent leur souffle
Les marchés financiers qui attendaient ces décisions ont très vite repris des couleurs après les annonces de la BCE. En début d’après-midi Paris gagnait 2,21%Francfort 2,08%, Londres 1,24%, Madrid 3,10%, Milan 2,84%.
La décision de la BCE de maintenir par ailleurs son principal taux directeur a également fait réagir l’euro à la hausse. La monnaie unique a bondi à 1,2652 dollar, son plus haut niveau depuis deux mois, avant de retomber légèrement.


Sur le front des mauvaises nouvelles
La situation économique en Europe a été évoquée lors de la réunion mensuelle. Aucune amélioration n’est en vue et la dégradation devrait se poursuivre, a estimé la BCE. Du coup, les prévisions pour cette année et l’an prochain ont été revues à la baisse. Le produit intérieur brut devrait reculer de 0,4% en 2012, contre une baisse de 0,1 % lors de la dernière estimation en juin. Pour l’an prochain, la BCE prévoit une croissance de 0,5 %, contre 1 % lors de la précédente prévision.

(sources : AFP, les Echos, la Tribune)

A consulter aussi











Edité le : 06-09-12
Dernière mise à jour le : 07-09-12