Taille du texte: + -
Accueil > Monde > ARTE Journal

ARTE Journal

Le journal de l'actualité européenne

> > Qui se cache derrière "Innocence of Muslims" ?

ARTE Journal - 17/09/12

Qui se cache derrière "Innocence of Muslims" ?

Nakoula Basseley Nakoula est un nom qu'il faudra sans doute retenir. Ce copte (chrétien d'Égypte) de 55 ans, en liberté conditionnelle après une affaire de fraude, est soupçonné d'être le principal producteur du film anti-islam "Innocence of Muslims", un brûlot qui a provoqué des scènes de violence anti-américaine dans une grande partie du monde musulman. Celui qui s'était vraisemblablement d'abord caché sous le pseudonyme de "Sam Bacile" a été interpelé par la police cette nuit à son domicile de Cerritos près de Los Angeles, non pas pour sa responsabilité dans cette crise, mais pour déterminer s'il a violé les conditions de sa liberté sous contrôle. Après plusieurs jours de flottement il semble donc désormais possible de mettre un nom derrière le film polémique mais toujours pas de visage : Nikoula a été conduit de chez lui a une voiture de police vêtu d'un large manteau, la tête couverte et le visage dissimulé derrière une écharpe et des lunettes de soleil.

Previous imageNext image
"Oui je me sens coupable" des conséquences dramatiques de ce film mais "je ne regrette pas". C'est ce qu'aurait affirmé Nakoula Basseley Nakoula hier sur les ondes de Radio Sawa, une radio américaine en arabe. La prudence reste toujours de rigueur dans cette affaire mais on en sait aujourd'hui un peu plus sur l'origine de son brûlot islamophobe de médiocre qualité.

D'après le site américain Gawker il aurait apparemment été tourné courant 2011 par un certain Alan Roberts, réalisateur de films pornographiques et de films d'action à petits budgets. Les acteurs qui apparaissent dans le film et dépeignent la vie du prophète Mahommet selon une interprétation insultante affirment eux avoir été payés pour jouer un film de fiction épique initialement baptisé "Desert Warriors" ("Les Guerriers du désert"). Ils prétendent avoir été stupéfaits en découvrant la tonalité du doublage de leurs voix qui ne correspondraient en rien aux dialogues initiaux.

Coptes égyptiens et évangélistes américains à la production

A la production et à la promotion du film, outre Nakoula Basseley Nakoula, on trouve une pléïade d'évangélistes anti-musulmans de droite comme Morris Sadek, lui aussi égypto-américain ou le pasteur Terry Jones, celui-là même qui s'était rendu célèbre en brûlant publiquement des exemplaires du Coran. Dans cette constellation d'intégristes chrétiens on trouve aussi un certain Steve Klein, l'un des rares collaborateurs du projet à avoir assumé publiquement son rôle et à s'être expliqué dans les médias sous sa réelle identité. C'est lui qui le premier a remis en cause les premières fausses pistes lancées par Nakoula sous le pseudonyme de "Sam Bacile" affirmant que le film avait été financé depuis Israël. Selon l'AFP, l'autorisation de production du film a été délivrée au nom de "Media for Christ", une association destinée à "faire briller la lumière de Jésus" sur le monde, elle aussi dirigée par un Égyptien copte résidant aux États-Unis.

Damien Wanner pour ARTE Journal



A consulter aussi








Edité le : 15-09-12
Dernière mise à jour le : 17-09-12