Taille du texte: + -
Accueil > Culture > Tracks

Tracks

Tracks fait le tour des sons et des cultures qui dépassent les bornes, tous les samedis à partir de 23h.

> > Body modifications

Tracks

Tracks fait le tour des sons et des cultures qui dépassent les bornes, tous les samedis à partir de 23h.

Tracks

SPECIALE SUPERHEROS - 23/05/12

Quand les freaks font leur show

Les modifications corporelles ont traîné leur sale réputation durant des siècles en Occident. La plus connue, le tatouage, est l'apanage des marins et des taulards. II n'est mentionné qu'une fois dans la Bible : 666, comme le chiffre du Diable, sur le bras d'un des Cavaliers de l'Apocalypse !

Previous imageNext image

C'est dans les ghettos homos ou fétichistes que les bodmods vont se développer. Ainsi, dès 46, la revue clandestine américaine "Bizarre" fait des amputations et autres altérations corporelles des objets de désir.

C’est dans "Bizarre" que Fakir Musafar, le père des primitifs modernes, raconte ses premières expériences en corsèterie hardcore piquées à des tribus de Nouvelle-Guinée.

Au même moment, en Californie, un homme amasse une fortune colossale en imposant au monde la Muzak, la musique d’ascenseur, un vrai sirop pour les oreilles !

Ancien producteur d’Hollywood, Richard Simonton, alias Doug Malloy est un ami intime de Laurence Olivier et de Groucho Marx. Dans les années 70, alors que la culture homo explose en Californie, Doug utilise sa fortune pour rendre visible sa passion pour le piercing, jusque-là confiné au ghetto gay. Il ouvre alors "The Gauntlet", le premier studio à ciel ouvert, alors que cette pratique est encore considérée comme une mutilation et passible de prison.

Histoire de pousser le bouchon plus loin, Doug publie une revue qui contribue à populariser les body modifications. Grâce à ces pionniers, les modifications corporelles sortent de l'ombre, jusqu'à exploser aujourd'hui !

Grâce au Net, les amateurs de bodmods jouent la surenchère. Né en 94 dans le pays natal de Rick Genest, à Toronto au Canada, le site BME pour "Body Modification Ezine", offre de quoi bricoler à la maison : anesthésiants, crochets pour suspensions ou expandeurs de narines.

Mais surtout, BME tient le journal des expériences toujours plus délirantes des accros des hard-mods : tatouage de l’œil, tatouages visibles à la lumière noire, ou à l'ancienne, taillage d’oreille à la mode Nosferatu ou implants sous-cutanés. Un véritable feu d'artifice ! Jusqu'où ?

Liens




Tracks
vendredi, 1 juin 2012 à 01:50
Pas de rediffusion
(France, 2012, 54mn)
ARTE F

Edité le : 23-05-12
Dernière mise à jour le : 23-05-12