Taille du texte: + -
Accueil > Monde > ARTE Reportage

ARTE Reportage

Le magazine d'actualité internationale. Tous les samedis à 18h35. Présenté en alternance par William Irigoyen et Andrea Fies.

> Cette semaine > Naples : le salaire des enfants

Samedi 1er septembre 2012 à 18h50 - 31/07/12

Naples : le salaire des enfants

de Cécile Allegra et Raoul Seigneur – ARTE GEIE / Memento – France 2012 - Rediffusion

Toto n’a que 10 ans. Pourtant, tous les soirs, ce petit bout d’homme d’un mètre vingt-cinq pousse son chariot de pop corn et barbe à papa à travers les rues de Naples. Son salaire ? Entre 5 et 10 euros pour huit heures de travail, ça dépend des jours.

Previous imageNext image
Comme Toto, ils sont des centaines de petits Napolitains à devoir travailler pour ramener quelques euros de plus à la maison. Ici, la crise a plongé les familles les plus pauvres dans une misère noire. Garçons de café, apprentis pâtissiers ou cordonniers, livreurs à la petite semaine. Sous-payés, exploités, exténués…
A Naples, les enfants n’ont plus le temps de grandir.

En octobre 2011, la Mairie de Naples a tiré la sonnette d’alarme : selon un rapport officiel,
54 000 enfants auraient disparus du système scolaire en Campanie (la région de Naples). Et, plus alarmant, 38% auraient moins de 13 ans.

Une situation dramatique – « du jamais vu depuis la fin de la seconde guerre mondiale », nous a confié Sergio D’Angelo, l’adjoint au Maire chargé des politiques sociales. Un pur produit de la crise italienne. Les restrictions budgétaires imposées par le gouvernement italien depuis 2008 ont pesé lourdement sur le budget des familles : notamment la suppression du « reddito di cittadinanza » (RSA) réservé aux familles gagnant moins de 5 000 euros par an, auquel plus de 130 000 familles napolitaines étaient éligibles. Résultat : le revenu moyen à Naples est passé en quelques années de 680 à 550 euros par habitant. En parallèle, les fonds alloués aux programmes d’aides sociaux ont été considérablement réduits : moins 87% en trois ans. Les associations qui gèrent les programmes d’aide et d’accompagnement aux enfants les plus démunis n’ont pas vu un sou depuis un an et demi. Si la situation se prolonge, la grande majorité de ces programmes, comme l’association « Quartieri Spagnoli » qui s’occupe du cas du petit Toto, seront réduites à fermer leurs portes.

Parallèlement à ces coupes budgétaires drastiques, l’Etat italien a rehaussé l’âge de scolarisation obligatoire, qui passe de 14 à 16 ans. Une mesure aux conséquences dramatiques pour les enfants de Naples : de plus en plus de mineurs sont condamnés à l’esclavage découlant du travail au noir… et d’autres sont jetés dans les bras de la « Camorra », la mafia napolitaine.

Entre un Etat qui les lâche, une mafia qui les guette et une crise qui s’éternise, les enfants de Naples renoncent à rêver leur avenir.

Pour aider

Vous êtes nombreux à nous demander comment aider ces enfants. Giovanni Savino (l'éducateur dans le reportage) a une page Facebook qui donne des nouvelles des enfants
Son association s'appelle "Il Tappeto D'Iqbal", vous trouverez également sur leur site un système de donation Paypal.

Edité le : 31-07-12
Dernière mise à jour le : 31-07-12