Taille du texte: + -
Accueil > Cinéma > Festival du cinéma d'ARTE > Le festival du cinéma d'ARTE > 14/11 : Mammuth

Festival du cinéma d'ARTE

Au programme de cette deuxième édition : des succès en salles, quatorze coproductions d’ARTE... Un moment de cinéma exceptionnel présenté par Isabella (...)

Festival du cinéma d'ARTE

Mercredi 14 novembre 2012 à 20h50 - 15/11/12

Mammuth

>> Chat avec le réalisateur Benoît Delépine à partir de 22h15

Previous imageNext image
Un film de Benoît Delépine et Gustave Kervern. Avec Gérard Depardieu, Isabelle Adjani, Yolande Moreau (France, 2010, 92 minutes).
Synopsis
Serge Pilardosse vient d'avoir 60 ans, l'âge pour lui de "raccrocher". Après un pot de départ professionnel peu exaltant, il enfourche sa Münch Mammut (une vieille moto des années 60/70) et part à la recherche de ses anciens employeurs pour réunir les papiers qui lui permettront de toucher une retraite bien méritée. Il remonte ainsi son passé professionnel, mais pas seulement.

Commentaire
Mammuth est un road movie réalisé en 2010 par Gustave Kervern et Benoit Delépine. Présenté en compétition au festival de Berlin, c'est aussi le quatrième film faisant de Gérard Depardieu et Isabelle Adjani un couple après Barocco (André Téchiné), Camille Claudel (Bruno Nuytten) et Bon voyage (Jean-Paul Rappeneau). Mais s'il est effectivement question d'amour dans Mammuth, c'est au sens très large du terme : l'amour pour le monde et tous les êtres qui le peuplent. Rien de moins.

Le héros, incarné par un Depardieu d'une immense grâce et douceur, va au devant des autres sans retenue, avec une innocence intelligente donc instinctive, et fait émerger sur son passage toutes les faiblesses et manques de ceux qui l'entourent, puis finalement parfois toutes leurs richesses aussi. Ce seront au hasard des rencontres : quelques VRP silencieux, mais en pleurs, dans la salle à manger d'un restauroute, une belle fille arnaqueuse dans une chambre d'hôtel à qui il n'est pas question d'en vouloir ou un petit étang dans lequel il fait bon se baigner.

Les réalisateurs Delépine et Kervern opposent ainsi l'organique et l'humain aux choses matérielles et structurelles, aussi gaies que la vision d'une pile de fiches de salaire (qui représentent pourtant le Graal, c'est-à-dire l'obtention de la retraite tant désirée). Mais Mammuth ne se contente pas seulement de montrer à quel point l'organisation de notre société peut paraître triste et phagocyter notre vie réelle, le film propose aussi d'autres visions de la vie, d'autres façons de traverser le monde et de le partager. Son héros a pour cela un effet entraînant : ceux qui l'approchent, qu'ils s'engueulent avec lui, échangent quelques mots ou quelques caresses, en ressortiront forcément différents.

Pousser les uns et les autres à obligatoirement se fréquenter et à se parler - que l'on soit laissé-pour-compte en apparence, patron désagréable d'une PME déprimante, sale con et vendeur de jambon dans un supermarché ou jeune femme lunaire qui aime les poupées pleines de clous - est ce qui le plus important dans la vie, et sans doute la seule chose à faire avec humer l'air du temps. Evidemment.

  • "Nous n'avions pas assez de points de retraite donc nous avons décidé de faire un film." Gustave Kervern et Benoît Delépine racontent la genèse de leur film Mammuth.



Mammuth - Berlinale 2010




Virginie Apiou

Mammuth
jeudi, 15 novembre 2012 à 01:55
Pas de rediffusion
(France, 2009, 87mn)
ARTE F

Edité le : 15-10-12
Dernière mise à jour le : 15-11-12