Taille du texte: + -
Accueil > Europe > Karambolage

Un magazine de Claire Doutriaux

Tous les dimanches à 20h00 Karambolage se penche sur les particularités de la culture quotidienne française et allemande.

> Emission du 4 mai 2008 > le slogan : "Nous sommes tous des juifs allemands"

Un magazine de Claire Doutriaux

Tous les dimanches à 20h00 Karambolage se penche sur les particularités de la culture quotidienne française et allemande.

Un magazine de Claire Doutriaux

Emission du 4 mai 2008 - 04/05/08

le slogan : "Nous sommes tous des juifs allemands"

Corinne Delvaux revient maintenant sur l’histoire d’une affiche et d’un slogan très célèbres en France…


Voici une affiche. On y voit un jeune homme hilare, vous le reconnaissez peut-être, il s’agit de Daniel Cohn-Bendit, alias Dany le Rouge comme on dit en France, celui-là même contre lequel le père d’Elsa Clairon proférait des propos peu amènes. Le slogan dit : "nous sommes tous des juifs et des Allemands." L’affiche existe aussi avec le slogan : "Nous sommes tous des juifs allemands", ce qui ne veut pas dire tout à fait la même chose.

Cette affiche date bien sûr de mai 68. Cohn-Bendit a suscité beaucoup d’animosité en 68. Ses détracteurs jouent de façon douteuse sur ses origines. Ainsi, le 2 mai, le journal d’extrême droite Minute écrit : "Ce Cohn-Bendit, parce qu’il est juif et allemand, se prend pour un nouveau Karl Marx."

Mais le mouvement étudiant est aussi attaqué par les communistes qui n’aiment rien moins que l’anarchie. Le 3 mai, Georges Marchais, secrétaire du parti communiste, dénonce dans l’Humanité : "ces groupuscules dirigés par l’anarchiste allemand Cohn-Bendit". Aussitôt, en signe de solidarité avec Cohn-Bendit, les étudiants scandent dans les rues de Paris: "Nous sommes tous des juifs allemands". Plus tard, Cohn-Bendit dira : "Georges Marchais qui m’avait traité d’anarchiste allemand faisait jouer la phobie antiboche : les étudiants à Nanterre ont crié ce qu’il n’avait pas osé dire : "juif allemand"."

Les étudiants des Beaux-Arts créent alors cette affiche, qui jugée trop violente, sera censurée par l’assemblée générale des Beaux-Arts. "Nous sommes tous des juifs et des Allemands" ou bien "Nous sommes tous des juifs allemands" devient : "Nous sommes tous indésirables". Une affiche et un slogan qui seront bien sûr brandis à tout va quand, le 20 mai, Cohn-Bendit sera interdit de territoire français pour "trouble à l’ordre public".

Désormais, ce slogan est devenu celui de la solidarité contre l’exclusion : "Nous sommes tous des immigrés", "Nous sommes tous des étrangers", "Nous sommes tous des sans-papiers", "Nous sommes tous des tibétains". Un slogan inusable.

Texte : Corinne Delvaux
Image : Claire Doutriaux

Edité le : 30-04-08
Dernière mise à jour le : 12-03-14