Taille du texte: + -
Accueil > Cinéma > Court-circuit

Court-circuit

Court-circuit vous donne plus que du court: des films du monde entier, des portraits de réalisateurs, des making of, des zoom sur les écoles de cinéma, sur des festivals, des leçons d'animation et les "trucs" du cinéma.

> Emission du lundi 13 janvier 2003 > Le projet

13/01/03

Le projet

Le réalisateur allemand Michael Klier a suggéré à l’Ecole de cinéma et de télévision Konrad Wolf de Potsdam-Babelsberg de faire tourner en caméra DV des courts métrages de fiction sur un registre émotionnel. Cinq étudiants en réalisation se sont mis ensemble au travail pour développer chacun une histoire courte. Le dénominateur commun à tous les projets était de placer la focale sur les personnages, sur le jeu des comédiens. L’important n’était pas tant de suivre le Dogme à la lettre, mais de parvenir, avec une économie de moyens, à donner vie aux personnages des films. C’est ainsi que sont nés les courts métrages « Masques », « Il fait froid ce soir », « Selda », « Paris Teltow », ainsi que le film qui a donné son nom à la série, « Demain, nous sauverons le monde ».

Masques (réalisation : Eduardo Condorcet):
« Orange mécanique » version allemande : comment le couple de Ralf et Beate résistera-t-il à cette épreuve ?

Il fait froid ce soir (Aviva Barkhourdarian):
Dehors, l’air est glacial. Sabine vient de rompre avec son petit ami.
Elle marche dans la nuit. Elle rentre chez elle. Les rues sont vides. Soudain, un cri déchire la nuit ; une femme appelle au secours.

Demain, nous sauverons le monde (Nicole Volpert):
Pour son 18e anniversaire, Susan veut qu’il se passe quelque chose. A la recherche de son ami, elle se lance à corps perdu dans une drôle d’aventure avec une voiture volée et une inconnue qui l’entraîne sur des chemins tortueux.

Selda, de Susanne Zacharias :
Selda danse pour des hommes. Albert, son chat, meurt bêtement. Le petit Daniel s’empare d’Albert. Selda prend un nouveau départ, un mardi à Berlin.

Paris Teltow (Hans-Friedrich Schimkönig):
Une idylle en hiver dans une caravane. Johnny installe une cabine de WC à l’extérieur pour Moni, qui n’en veut pas. Pour corser le tout, ses parents à lui débarquent, c’est la crise.

Susanne Zacharias

Projections, diffusions et prix remportés:
La série a été diffusée sur l’ORB le 3 décembre 2001.
« Demain, nous sauverons le monde » a été diffusé sur l’ORB, le MDR et sur ARTE.
« Paris Teltow » a été projeté au Festival vidéo international de Bochum 2002, au Festival international du film d’étudiant « SehSüchte », Potsdam 2002, et au 18e Festival international du court métrage de Hambourg 2002.

L’idée soumise à l’Ecole de cinéma et de télévision Konrad Wolf, qui consistait à faire tourner en vidéo des courts métrages de fiction sur un registre émotionnel avec très peu de moyens a été lancée par le réalisateur Michael Klier (« Ostkreuz », « Heide M. »,...).

Cinq étudiants en réalisation, pour la plupart déjà diplômés, se sont donc mis au travail pour développer chacun une histoire. Dans l’esprit du « Dogma 95 » danois, les moyens de production ont été intentionnellement limités pour rapprocher le spectateur du jeu des acteurs et des personnages, ce qui crée une fraîcheur, une vitalité particulières. Le dénominateur commun à tous les projets était de placer la focale sur les personnages, sur le jeu des comédiens.

Michael Klier


Au dire des jeunes réalisateurs eux-mêmes, l’important n’était pas tant de suivre le Dogme à la lettre, mais de parvenir, avec une économie de moyens, à donner vie aux personnages des films, en mettant l’accent sur la sensibilité du jeu des acteurs.

Rien au départ ne devait relier les projets sur un plan thématique. Pourtant, à l’arrivée, une dimension commune ressort très nettement : tous les protagonistes se trouvent en situation de rupture, ou de nouveau départ.

L’équipe de tournage et les comédiens ont conquis, chemin faisant, une grande liberté de ton : loin de dominer le jeu des acteurs et le plateau, la caméra suit l’action, elle est comme partie prenante. Ce qui laissait le champ libre à l’improvisation, en dépit du scénario. Les films en ont ainsi gagné en légèreté et en authenticité.

Edité le : 05-05-04
Dernière mise à jour le : 13-01-03