Taille du texte: + -
Accueil > Europe > Karambolage

Un magazine de Claire Doutriaux

Tous les dimanches à 20h00 Karambolage se penche sur les particularités de la culture quotidienne française et allemande.

> Emission du 20 avril 2008 > le héros : Winnetou

Un magazine de Claire Doutriaux

Tous les dimanches à 20h00 Karambolage se penche sur les particularités de la culture quotidienne française et allemande.

Un magazine de Claire Doutriaux

Emission du 20 avril 2008 - 20/04/08

le héros : Winnetou

Corinne Delvaux nous raconte maintenant l’histoire de deux héros allemands incontournables : Winnetou et Pierre Brice. En fait, il s’agit de deux héros en un seul, mais voyez plutôt.

Previous imageNext image
J’ai douze ans. Je vais pour la première fois séjourner dans une famille allemande. A peine arrivée, les grands frères et sœurs de ma correspondante se précipitent sur moi : tu le connais ?

Lui, c’est un magnifique Indien dont les posters recouvrent les murs de leurs chambres.
Euh…
Mais enfin, Pierre Brice, le grand comédien Français ?
Euh…
Je sens qu’il s’agit là de quelque chose d’exceptionnel que je ne peux pas ne pas savoir. Je ne veux pas avoir l’idiote, je marmonne quelque chose d’incompréhensible avec mes trois mots d’allemand. J’ai l’air idiote.

Pierre Brice, donc. Une star outre-Rhin. Mais les Allemands ne savent pas que ce Français est purement et simplement un illustre inconnu en France. Pierre Louis le Bris est né à Brest en 1929. Après quelques rôles de figuration, il incarne pour la première fois en 1962 Winnetou, le chef des Apaches, dans le western allemand Le trésor du lac d’argent. Le succès est gigantesque. Pierre Brice devient la coqueluche outre-Rhin. S’ensuivront onze autres films, onze autres aventures de Winnetou, onze autres énormes succès. Pierre Brice-Winnetou est le héros des jeunes Allemands des années 60. Mais qui est l’indien Winnetou ?

Winnetou est un héros allemand. Son père, c’est Karl May, un écrivain allemand peut-être plus connu encore des enfants allemands que Jules Verne ne l’est des enfants français. Mais quel étrange bonhomme que cet écrivain Karl May. Né en 1842 en Saxe dans une famille pauvre, il veut devenir instituteur, mais il ne peut s’empêcher de commettre sans cesse de petits larcins, ce qui lui vaut le retrait de sa licence d’instituteur et surtout quelques années de prison. Eh bien, ça ne le guérit pas. Bien au contraire, il commence alors une vie d’imposteur et se fait passer tantôt pour un policier, un procureur ou un avocat pour commettre d’autres méfaits. Et il se retrouve à nouveau en prison. Il trouve alors enfin sa voie. Il écrit.

Après quelques romans, le premier tome des aventures de Winnetou paraît en 1893. En fait, il y a deux héros dans ces romans : le chef des Apaches Winnetou, cet indien tout de grandeur d’âme et de générosité dans son bel habit à franges en cuir blanc, magnifique sur son superbe étalon noir et l’aventurier Old Shatterhand, un Allemand lui aussi tout de grandeur d’âme et de générosité. Oui, fiable, ponctuel, honnête, le grand, beau et blond Old Shatterhand est en quelque sorte l’incarnation de l’idéal masculin allemand.

Mais Karl May laisse entendre que Old Shatterhand, c’est bien lui et que ses différents livres ne font que retracer sa longue vie d’aventurier et de trappeur dans le grand ouest américain, sa rencontre avec l’indien Winnetou et leurs combats communs contre d’autres tribus indiennes, contre les malfrats et bandits de grand chemin, bref leur combat pour la justice. Les livres sont palpitants, le suspens omniprésent, le succès phénoménal. Quel est le petit Allemand qui n’a pas scellé la "Blutsbrüderschaft" - la fraternité du sang - à l’instar de Winnetou et Old Shatterhand ? Quant aux squaws allemandes, elles se nomment toutes N’gorgie, comme la sœur de Winnetou.

Karl May devient l’idole de la jeunesse, il reçoit des centaines de lettres et ne veut pas décevoir ses lecteurs. Il rentre donc dans un cercle vicieux. Il livre de plus en plus de détails sur sa supposée vie d’aventurier en Amérique et sur ses multiples voyages en Orient car il écrit aussi de nombreux récits de voyages. De son vivant déjà, la villa Old Shatterhand qu’il habite à Radebeul, dans l’Est de l’Allemagne, devient un lieu mythique. Le problème, c’est que Karl May n’a mis qu’une seule fois les pieds en Amérique et ce, longtemps après avoir écrit les aventures de Winnetou et Old Shatterhand. L’imposture éclate au grand jour, la polémique et les divers procès qu’elle engendre assombriront les dernières années de la vie de Karl May. Mais ses déboires ne feront qu’augmenter sa renommée et les enfants allemands n’en continueront pas moins de lire ces aventures passionnantes traduites en 33 langues.

Et en 1962, le producteur Horst Wendlandt décide de transposer les aventures de Winnetou au cinéma en recréant l’Amérique en Yougoslavie avec notre ami Pierre Brice dans le rôle-titre. Un comédien qui ne sera l’homme que d’un seul rôle puisqu’il n’arrivera jamais à se défaire de cette étiquette qui lui colle à la peau. Il finira par se résigner et se contentera dorénavant de continuer à incarner Winnetou lors des Karl May Festspiele, les festivals Karl May qui se tiennent chaque année dans le nord de l’Allemagne.

Texte : Corinne Delvaux
Image : Timo Katz & Christine Gensheimer



le héros : Winnetou est disponible sur le DVD 6

Edité le : 04-04-08
Dernière mise à jour le : 16-05-12