Taille du texte: + -
Accueil > Monde > ARTE Journal

ARTE Journal

Le journal de l'actualité européenne

> > L'UE engluée dans la crise

Arte Journal - 23/02/13

L'UE engluée dans la crise

Malgré les plans d'austérité qui se succèdent, la zone euro sera de nouveau en récession cette année, avec une baisse de 0,3% de son PIB. Pour une éventuelle reprise économique, il faudra attendre 2014 selon les prévisions de la Commission européenne, des prévisions plus pessimistes que prévu qu'elle a rendues publiques aujourd'hui.



"La faiblesse de l'activité économique à la fin de l'année 2012 se traduit par un point de départ bas pour cette année", a souligné la Commission, comme pour tenter d'expliquer des chiffres une nouvelle fois décevants. Malgré tout, l'Union européenne veut positiver : la Commission prédit que la reprise sera tirée initialement par la demande extérieure. "Il est prévu que l'investissement et la consommation intérieurs reprennent plus tard dans l'année, et en 2014, la demande intérieure devrait prendre le relais comme principal moteur pour renforcer la croissance", précise Bruxelles.

Il faudra être patients
Nous sommes donc encore pour quelques temps encore dans la spirale négative. Réajustées sur les prévisions de croissance, les prévisions du taux de chômage ont elles aussi été revues à la baisse. Evalué à 11,4% l'an dernier au sein de l'Union européenne, il devrait atteindre un pic à 12,2% de la population active cette année, avant de se stabiliser à 12,1% en 2014. Ce n'est évidemment qu'une moyenne, avec forcément de fortes disparités : le taux de chômage va ainsi atteindre 27% cette année en Grèce et 26,9% en Espagne - deux pays durement touchés par la crise et les mesures d'austérité - mais il sera de 5,7% en Allemagne et de 4,5% en Autriche, les bons élèves de l'UE.


Résultats décevants pour la France
Dans ses nouvelles prévisions économiques, Bruxelles prévoit aussi que le déficit public de la France atteindra cette année 3,7% du PIB, loin de l'objectif des 3% imposé par Bruxelles, mais en baisse constante (5,2% en 2012 et 4,6% du PIB en 2012). En clair, le combat contre la dette porte ses fruits mais de manière encore insuffisante. La Commission précise également que la faible croissance attendue, "bien en-dessous du potentiel", va affecter de façon négative le déficit. En effet, la croissance sera quasi nulle en France cette année (+0,1%). Là auss,i l'éventuel redémarrage économique est retardé à 2014 avec 1,2% de croissance estimée. Conséquence, le chômage en France restera élevé à 10,7% cette année, très légèrement en dessous de la moyenne européenne estimée à 12,2% de chômage pour 2013.

A consulter aussi :



Edité le : 22-02-13
Dernière mise à jour le : 23-02-13