Taille du texte: + -
Accueil > Europe > Karambolage

Un magazine de Claire Doutriaux

Tous les dimanches à 20h00 Karambolage se penche sur les particularités de la culture quotidienne française et allemande.

> Emission du 15 novembre 2009 > l'objet : la "Maultasche"

Un magazine de Claire Doutriaux

Tous les dimanches à 20h00 Karambolage se penche sur les particularités de la culture quotidienne française et allemande.

Un magazine de Claire Doutriaux

Emission du 15 novembre 2009 - 15/11/09

l'objet : la "Maultasche"

la "Maultasche"


Felicitas Schwarz est allemande mais elle vit en France depuis quelques années. Elle nous présente une spécialité allemande dont, visiblement, elle a la nostalgie, la "Maultasche" :

Previous imageNext image
Voici une spécialité de la Souabe, une région au Sud-Ouest de l’Allemagne. Elle porte un nom curieux, même pour des oreilles allemandes : "Maultasche". "Maul", c’est la gueule et "Tasche", c’est le sac. Donc "Maultasche", ça serait le sac à gueule. D’où vient ce mot saugrenu ?

La "Maultasche" originale fait 7,5 cm de long sur 7 cm de large et 2 cm de haut. Sous son manteau de pâte se cache une farce onctueuse à la viande ou aux légumes. Chaque Allemand les prépare à sa manière : l’un rajoute un peu d’épinards, l’autre y incorpore des pommes de terre et un troisième ne peut se passer de lardons.

La "Maultasche" idéale est pâlotte, boursouflée et flotte telle une noyée dans du bouillon de viande. C’est du moins en ces termes qu’elle est décrite par l’écrivain Thaddäus Troll. Les "Maultaschen" sont un tantinet plus appétissantes lorsqu’elles sont gratinées au fromage, garnies de beurre et d’oignons ou encore coupées en tranches et légèrement grillées à la poêle. Miam !

Les mauvaises langues prétendent que la "Maultasche" ne serait en fait qu’une contrefaçon. Tout Allemand digne de ce nom sait qu’il n’en est rien. La "Maultasche" n’est ni une pâle copie des "raviolis" italiens ni une simple imitation des "piroggi" polonais ou des "Wan Tan", les chaussons chinois. La "Maultasche" trouve son origine dans le couvent cistercien de Maulbronn au fin fond de la région souabe.

Et voilà d’où vient son nom étrange. Il faut savoir que ce "Maul"- ci ne signifie pas "gueule" mais vient du mot "Maultier", mulet. Apparemment, au Moyen Âge, un mulet aurait découvert une source et un couvent aurait été érigé à cet endroit, avec une belle fontaine, "Brunnen" en allemand. Le couvent fut donc appelé Maulbronn, Maul comme mulet et Bron comme "Brunnen", la fontaine. Et c’est de ce couvent que vient la "Maultasche".

Selon la légende, un moine du couvent serait tombé à l’époque de la Réforme et en plein carême sur un morceau de viande. L’ecclésiastique lutte contre sa conscience : la consommation de viande est rigoureusement interdite pendant le carême. Mais les provisions du couvent sont maigres et nombre d’indigents cherchent refuge chez les religieux dans ces périodes fortement agitées. Le moine recourt alors à une ruse : il hache la viande en tout petits morceaux et la mélange avec des herbes et des épinards. Il enveloppe ensuite la masse verte dans un manteau de pâte afin de soustraire la viande aux regards du Seigneur.

Voilà comment naît le chausson farci de Maulbronn, appelé "Maultasche". De nombreux croyants imitent les moines et servent les "Maultaschen" le vendredi, jour où la tradition chrétienne interdit la consommation de viande. Cette entourloupe a d’ailleurs valu à la "Maultasche" le joli nom de "Hergottsb’scheißerle", arnaque du Seigneur, un terme toujours en usage.
Texte : Felicitas Schwarz
Image : Mareike Baumeister

Edité le : 13-11-09
Dernière mise à jour le : 02-12-09


+ de Europe