Taille du texte: + -
Accueil > Europe > Karambolage

Un magazine de Claire Doutriaux

Tous les dimanches à 20h00 Karambolage se penche sur les particularités de la culture quotidienne française et allemande.

> Emission 22 mai 2005 > l'expression : travailler pour le roi de Prusse

Un magazine de Claire Doutriaux

Tous les dimanches à 20h00 Karambolage se penche sur les particularités de la culture quotidienne française et allemande.

Un magazine de Claire Doutriaux

Emission du 22 mai 2005 - 22/05/05

l'expression : travailler pour le roi de Prusse

travailler pour le roi de Prusse


"Travailler pour le roi de Prusse", voici une expression bien française dont Clara Wasser nous explique l’origine.

a lire aussi



"Travailler pour le roi de Prusse" : vous connaissez certainement cette expression que l’on utilise en français pour dire que l’on travaille pour rien, ou presque rien ? Eh bien, figurez-vous que c’est une expression purement française qui ne s’emploie pas en allemand et pour cause : On dit que le mot serait de Voltaire. Vous savez que Voltaire a trouvé refuge en 1750 auprès du roi de Prusse, Frédéric le Grand à Sanssouciprès de Postdam. Fréderic II se veut un despote éclairé et il recherche la compagnie des philosophes. Las, Voltaire ne se contente pas de profiter de la liberté d’expression dont il jouit alors, il profite de son statut pour se livrer à des affaires douteuses, commerce de diamants, transactions illégales et autres surprenantes combines. Bref, les deux hommes se brouillent et Voltaire aurait exprimé son amertume d’avoir dépensé sans compter son temps et sa peine pour un monarque aussi ingrat : il avait travaillé pour le roi de Prusse.


On raconte aussi que ce même Frédéric II, si admiratif de la France, emploie des ouvriers français, qu’il rémunère fort mal… Ou encore, que ce souverain ne paye leur solde à ses soldats que trente jours par mois, quelque soit le nombre de jours du mois : ainsi, les mois de 31 jours, il fait des économies. La dernière histoire est la plus jolie. En 1744, Frédéric II, donc le roi de Prusse, désire conquérir la Silésie, mais la récente alliance entre la Russie et l’Autriche contrecarre ses projets. Il lui faut la garantie que la Russie restera neutre. Or, à la cour de Saint-Petersbourg, un certain Bestoujef exerce une forte influence sur le tsar. Frédéric II lui promet 40 000 florins s’il aide à obtenir cette neutralité. Frédéric fait sa guerre, mais remet toujours à plus tard le moment de payer Bestoujef. Et quand sa guerre est gagnée, il joue la surprise devant Bestoujef qui continue de réclamer son dû, et même, il se serait exclamé : "Comment, la Russie vend sa neutralité ?" Bestoujef, fort amer – et pour cause ! – prend  l’habitude de dire à ceux dont les affaires vont mal qu’ils travaillent pour le roi de Prusse… Frédéric fut, paraît-il, très réjoui de cette plaisanterie : il pensait qu’elle l’immortaliserait plus que ses conquêtes !

Texte : Clara Wasser
Image : Safia Quarez

Edité le : 20-05-05
Dernière mise à jour le : 24-02-11


+ de Europe