Taille du texte: + -
Accueil > Cinéma > Festival du cinéma d'ARTE > Le festival du cinéma d'ARTE > 20/11 : L'Enfer des Pauvres

Festival du cinéma d'ARTE

Au programme de cette deuxième édition : des succès en salles, quatorze coproductions d’ARTE... Un moment de cinéma exceptionnel présenté par Isabella (...)

Festival du cinéma d'ARTE

Mardi 20 novembre 2012 à 23h55 - 05/11/12

L'Enfer des Pauvres

Film muet - Version restaurée


Previous imageNext image
Un film de Phil Jutzi. Avec Alexandra Schmidt, Ilse Trautschold, Holmes Zimmermann (Allemagne, 1929, 133 minutes).
Synopsis
Dans un quartier pauvre de Berlin en 1929, Maman Krausen, femme âgée et mère de famille, tente de faire vivre les siens. Alors que son fils est un jeune homme qui ne sait quoi faire de lui, sa fille, pleine de joie de vivre et d'espoir, tombe amoureuse d'un jeune communiste idéaliste.

Commentaire
Mutter Krausen's Fahrt ins Glück (en français : L'Enfer des pauvres) a été réalisé en 1929 par Phil Jutzi, cinéaste qui rencontra le succès en important en Allemagne des chefs-d'oeuvre de l'ère soviétique comme Le Cuirassé Potemkine d'Eisenstein ou en réalisant des films sur le prolétariat allemand. Mutter Krausen's Fahrt ins Glück mêle donc habilement message politique fort, aux idéaux encore innocents et un peu raides, et vie plus spontanée de la rue allemande, et fait figure aujourd'hui de point de vue documentaire sur les visages de cette époque.

En effet, le film s'inscrit dans cette tradition utopique d'avant-guerre, celle de l'internationale ouvrière chère à des cinéastes français comme Jean Duvivier avec son film La belle équipe. Et Mutter Krausen's Fahrt ins Glück pourrait ainsi, et aussi, porter en lui des correspondances avec la simplicité de vivre au fil des rivières des gens dits, dans le plus beau sens du terme, "du peuple", de certains films de Jean Renoir.

On regardera alors de deux manières ce film rare : par une lecture politique et par une lecture vitale. La lecture politique sert de témoignage historique d'un pays dont certains membres veulent croire en l'égalité des êtres par l'idéologie communiste d'avant la Seconde Guerre mondiale. La lecture vitale, la plus prenante parce qu'organique et atemporelle, est celle tenue par des acteurs spontanés au jeu toujours moderne. Par leur naturel, leur envie d'incarner le prolétariat réel, casquette flanquée au-dessus du front pour les hommes, béret crâneur pour les filles, entre balançoire et fête foraine, les comédiens transmettent une force de vie qui surprend. La seule lutte contre la misère devient alors le pur fait de vivre.

Ainsi, les meilleures séquences de ce film naissent de cette puissance d'exister à tout prix. Les jeunes filles cherchent l'aventure dans la rue. Des hommes aux corps plus âgés et plus gros pincent les fesses de leurs épouses lors d'un dimanche au bord de l'eau. Et les amoureux se livrent à un jeu sexuel déguisé, où une sorte d'objet ressemblant à un sexe d'homme surgit d'un livre gadget, pour enchainer sur une prise de conscience sur le statut de la femme, avant que les uns et les autres ne s'étreignent dans la liesse. Autant de gestes vifs pour mieux dénoncer une misère qui peut finalement parfois, quand même, empêcher la vie.

Le trailer


Virginie Apiou

L'enfer des pauvres
mardi, 20 novembre 2012 à 23:55
Pas de rediffusion
(Allemagne, 1929, 133mn)
ZDF

Edité le : 15-10-12
Dernière mise à jour le : 05-11-12