Taille du texte: + -
Accueil > Monde > I love Democracy

I love democracy

Après cinq émissions diffusées en 2012, "I love democracy" revient en 2013 pour s'intéresser à Cuba, à l'Iran, à la Norvège et à l'Allemagne.

> La Turquie > La Turquie

I love democracy

Après cinq émissions diffusées en 2012, "I love democracy" revient en 2013 pour s'intéresser à Cuba, à l'Iran, à la Norvège et à l'Allemagne.

I love democracy

05/10/12

I love democracy : la Turquie

L’islam turc est-il soluble dans la démocratie ? Les équipes de « I love democracy » ont sillonné le pays pour sonder un modèle républicain envié mais non exempt de dérives autoritaires, et prendre le pouls d’une société civile pleine de vitalité.

Extraits vidéo








Le documentaire


À la tête du régime turc depuis 2002, le Premier ministre Recep Tayyip Erdoğan a défini la démocratie comme « un autobus dont on descend une fois le terminus atteint ». C’est pourtant son gouvernement qui a ouvert le procès des généraux putschistes de 1980. Une nouvelle Constitution devrait d’ailleurs remplacer le texte écrit par ces mêmes militaires à la fin de l’année. Garantira-t-elle une véritable démocratie ou renforcera-t-elle les ambitions du Premier ministre ? Au moment où les révolutions arabes se cherchent un futur et où l’Europe traverse une crise, la Turquie se présente comme un modèle conjuguant islam et laïcité, démocratie et croissance.

LIBERTÉ DE LA PRESSE EN BERNE

Ce road movie nous entraîne de Gaziantep, vitrine du parti de Recep Tayyip Erdoğan et symbole du boom économique du pays, à la prestigieuse université ODTU d’Ankara où voisinent des étudiants rebelles, kémalistes et islamistes. Il fait aussi étape près de la frontière, à Kilis, où des réfugiés syriens rêvent d’un futur bâti sur le modèle turc, et à Diyarbakir, la capitale du Kurdistan turc, où les discussions s’enflamment sur le combat pour la liberté de la presse. Le pays compte 106 journalistes emprisonnés, dont une majorité de Kurdes. Sur Istiklal, les Champs-Élysées d’Istanbul, les manifestations se succèdent. Les féministes dénoncent la dégradation des droits des femmes. Les lycéens demandent la libération de plusieurs des leurs et les islamistes manifestent leur soutien aux Palestiniens et aux Syriens. Comme dans chaque numéro de I love democracy, Daniel Leconte prolonge la réflexion en compagnie du ministre des Affaires européennes Egemen Bağiş, de l’historien Ahmet Insel et de la romancière féministe Elif Shafak.

======
I love democracy : la Turquie
Documentaire de Baudouin Koenig avec Daniel Leconte et Fabrice Gardel (France, 2012, 1h30mn)
Coproduction : ARTE France, Doc en Stock


Recep Tayyip Erdoğan
Il est l’homme le plus populaire de Turquie, mais aussi le plus controversé. Premier ministre de la République turque depuis neuf ans, il met en œuvre une démocratie que beaucoup considèrent exemplaire pour ses pays voisins, en pleines révolutions arabes. À la tête du Parti de la justice et du développement (AKP, centre-droit), ce dirigeant charismatique de 58 ans revendique le rapprochement de la Turquie avec l’Occident et l’Union européenne en particulier ; mais ses détracteurs dénoncent des dérives populistes et autocratiques, et une islamisation du pays. Alors qu’il discute avec Barack Obama de la transition politique en Syrie, Tayyip Erdoğan prévoit de faire adopter une nouvelle Constitution en Turquie avant la fin de l’année.



I Love Democracy
jeudi, 25 octobre 2012 à 11:00
Pas de rediffusion
(France, 2012, 89mn)
ARTE F

Edité le : 24-09-12
Dernière mise à jour le : 05-10-12