Taille du texte: + -
Accueil > Résistance > Programmes > Les sanglots longs des violons

Mercredi 16 mars 2005 à 20h45 - 11/03/05

Les sanglots longs des violons

Comment la résistance s’est développée en Normandie entre 1940 et 1944, contribuant activement à la réussite du débarquement. Avec les témoignages d’anciens résistants, recueillis sur les lieux de leurs exploits.

Le 10 mai 1940, Hitler déclenche l’offensive allemande à l’Ouest. En un mois, la Wehrmacht envahit la France. Le 18 juin, l’appel de De Gaulle résonne sur les ondes de la BBC. Le 22 juin, Pétain signe l’armistice avec le IIIe Reich. Trois dates clés, trois événements qui ont poussé des milliers de Français à s’opposer à l’occupation allemande. En Normandie notamment, la résistance s’est révélée particulièrement active. Dans ce documentaire ponctué de nombreuses images d’archives, plusieurs résistants reviennent sur les lieux de leurs exploits et expliquent quelle a été leur mission, de 1940 à 1944. Qu’ils aient rejoint les forces de la France libre à Londres ou qu’ils soient restés dans la région pour résister de l’intérieur, tous avaient un but commun : continuer à se battre pour l’honneur de la France.

Un hymne au courage
“Les sanglots longs des violons de l’automne blessent mon coeur d’une langueur monotone…” Parmi les messages diffusés sur la BBC le 5 juin 1944 au soir, ces deux célèbres vers de Verlaine préviennent les résistants du débarquement imminent en Normandie. Les réseaux – on n’en compte pas moins de quarante dans la région – se mobilisent et organisent le plan “Violet” destiné à saboter les installations de communication allemandes. Depuis quatre ans, les résistants luttent sans relâche contre l’occupant, soit par des petites actions quotidiennes, comme l’arrachage des affiches allemandes, ou par des opérations de grande ampleur comme l’organisation de réseaux d’informations extrêmement performants. Aujourd’hui, ils expliquent pourquoi le choix de la résistance leur paraissait évident ; ils décrivent aussi les actions qui les ont le plus marqués et les risques qu’ils ont inévitablement pris. En se concentrant sur leurs témoignages, ce documentaire résonne comme un hymne au courage d’hommes et de femmes qui ont largement contribué à la défaite allemande. Il rend aussi hommage aux résistants tués par l’armée allemande, rappelant que 1 000 résistants normands ont été fusillés et que 4 000 ont été déportés.


Documentaire de Jacques et Rodolphe Rutman
France, 2004, 52mn
Coproduction : ARTE France, 13 Production
ARTE FRANCE
Multidiffusion le 18 mars 2005 à 16h50

Edité le : 25-02-05
Dernière mise à jour le : 11-03-05